Emploi : les recettes du Medef ne passent pas

Le nouveau patron du Medef, Pierre Gattaz, le 13 juin 2013 à Paris [François Guillot / AFP/Archives] Le nouveau patron du Medef, Pierre Gattaz, le 13 juin 2013 à Paris [François Guillot / AFP/Archives]

Les propositions chocs du patronat pour relancer la création d'emplois ne sont pas du goût des syndicats.

 

Le gouvernement le pressait de s’engager pour l’emploi. Le Medef a donc répondu à l’appel. Dans son projet visant à créer un million de postes, dévoilé lundi par le quotidien Les Echos, l’organisation patronale livre une série de propositions pour relancer un marché atone.

Au menu : l’assouplissement du salaire minimum et des 35 heures, l’ouverture des magasins le soir et le dimanche ou encore la suppression de deux jours fériés.

Autant de suggestions qui n’ont pas été du goût des syndicats. "Toutes ces pistes, on les rejette", a martelé lundi Jean-Claude Mailly de FO, jugeant que le Medef était «dans l’outrance».

Même son de cloche du côté de la CFDT, dont le leader, Laurent Berger, a dénoncé une véritable "provocation". Quant au leader de la CFTC, Philippe Louis, il s’est dit "abasourdi" par des propositions qui ne pourraient que "tirer tout le monde vers le bas".

Le Medef, qui a précisé que toutes les pistes évoquées par Les Echos n’étaient plus d’actualité, présentera son plan le 24 septembre.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles