Peugeot veut vendre 51% de sa filiale scooters

Le groupe PSA Peugeot Citroën a officialisé son projet de partenariat avec l'indien Mahindra & Mahindra pour sa filiale scooters. [AFP]

Le groupe PSA Peugeot Citroën a annoncé ce mardi 7 octobre qu'il souhaitait vendre 51% de sa filiale scooters à l'indien Mahindra & Mahindra.

 

Un "plan de redressement de l'activité", présenté mardi matin en comité d'entreprise extraordinaire par PSA, a officialisé ce projet de partenariat au terme duquel le conglomérat indien devrait investir 15 millions d'euros et acquérir 51% du capital de Peugeot Scooters, qui emploie 488 personnes sur son site français de Mandeure (Doubs).

"Le plan de redressement comprendrait la sous-traitance de certaines opérations de fabrication ou de logistique pour lesquelles Peugeot Scooters n'a plus la taille critique compte tenu de la baisse de ses marchés", a indiqué l'entreprise française dans un communiqué.

 

Plan de départ volontaire

"L'effectif sera ajusté avec le départ volontaire de 90 personnes", dont la grande majorité par un "congé senior", a indiqué le directeur général de Peugeot Scooters, Frédéric Fabre, lors d'une conférence de presse à l'issue du comité d'entreprise à Mandeure.

Dans son communiqué, Peugeot a évoqué "la mise en oeuvre d'un dispositif d'adaptation des emplois et des compétences avec notamment un congé senior sur la base du volontariat qui concernerait environ 80 personnes". La dizaine d'autres départs s'effectuerait via une mobilité au sein de PSA, ou en externe à travers des reclassements.

Peugeot a évoqué un "marché européen en très forte baisse depuis plusieurs années" pour les scooters et affirmé qu'un tel accord permettrait à sa filiale "de diversifier ses activités et d'accélérer son développement international en alliant ses points forts et ceux" de Mahindra & Mahindra.

Frédéric Fabre a justifié le partenariat par le fait que "Peugeot Scooter et Mahindra ne sont concurrents nulle part (...) Il y a donc beaucoup de projets à mener en commun".

 

À suivre aussi

Après son arrestation, Carlos Ghosn a passé environ 130 jours en prison à Tokyo, avant d'être libéré, réincarcéré durant trois semaines, puis de nouveau laissé en liberté surveillée le 25 avril.
Justice Affaire Carlos Ghosn : un an après, où en est-on ?
Emmanuelle Wargon : «La France s'est engagée à lutter contre la déforestation importée»
Politique Emmanuelle Wargon : «La France s'est engagée à lutter contre la déforestation importée»
Les voitures de 2021 vont changer d’apparence.
Formule 1 Entre voitures simplifiées et budget resserré, la Formule 1 dévoile ses futures monoplaces et son nouveau règlement pour 2021

Ailleurs sur le web

Derniers articles