Gattaz repart en guerre contre l'ISF

Pierre Gattaz, président du Medef.[[AFP]]

Le président du Medef estime que l'ISF est un frein pour la croissance et désire le supprimer.

 

Taxer les plus riches, mesure équitable ou contre-productive ? Le Medef penche en faveur de la seconde option. Le leader de l’organisation patronale, Pierre Gattaz, a en effet jugé hier qu’il fallait revenir sur l’impôt sur la fortune.

«L’ISF est dramatique pour le pays, a-t-il déclaré au cours de la Conférence annuelle des entrepreneurs. Ca détruit de l’emploi, ça détruit de la croissance. Il faut le supprimer.» Une revendication qui est loin d’être neuve au Medef. 

Un impôt qui freine l'investissement

Il y a de cela un peu plus d’un an, Pierre Gattaz avait déjà tenu le même discours, d'ailleurs contesté par le PDG de Total à l'époque, Christophe de Margerie. Selon lui, cet impôt freine l’investissement et empêche les entreprises françaises de se développer. Ce qui expliquerait notamment pourquoi l’Hexagone compte moins de sociétés de taille intermédiaire (entre 250 et 4 999 salariés) que l’Allemagne.

Cette analyse est partagée par plusieurs personnalités politiques, comme Alain Juppé, qui avait récemment préconisé de supprimer l’ISF. Nicolas Sarkozy lui-même aurait aimé revenir sur cette mesure lorsqu’il était à l’Elysée, mais avait dû renoncer.

De fait, difficile de réunir une majorité autour d’un sujet si fort symboliquement. En outre, l’ISF est une manne indispensable en période de difficultés budgétaires, qui a rapporté 4,4 milliards d’euros l’an dernier. Une somme que Pierre Gattaz suggère de compenser en augmentant la TVA. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles