Chômage : Valls craint de mauvais chiffres

Une agence de Pôle emploi.[Philippe Huguen / AFP/Archives]

Manuel Valls "craint" que les chiffres du chômage de novembre, rendus publics mercredi, "ne soient pas bons" mais reste "convaincu" que la situation internationale et la politique du gouvernement "permettront progressivement" des créations d'emplois.

 

"Je crains que ces chiffres ne soient pas bons parce que nous avons connu encore au mois de novembre des destructions d'emplois, des faillites d'entreprises. Mais je suis convaincu que progressivement, grâce à un certain nombre d'indicateurs internationaux mais aussi grâce au fait que nous soutenons tout particulièrement l'investissement des entreprises (...), que cet investissement permettra progressivement à la croissance de revenir, et donc la création de richesses et l'emploi", a déclaré le Premier ministre sur Europe 1.

Un énième record avait été atteint fin octobre. Pôle Emploi recensait alors 3,72 millions de chômeurs sans activité, dont 3,46 millions en métropole, après avoir connu la plus forte hausse depuis février.

La situation s'était dégradée dans toutes les classes d'âge (+0,6% chez les jeunes, +0,8% chez les seniors), et le chômage de longue durée avait continué de faire tache d'huile (+0,9% sur un mois, +9,4% sur un an).

 

Pas d'embellie à court terme

Depuis le début de l'année en métropole, 153.600 chômeurs supplémentaires s'étaient tournés vers le service public de l'emploi, dépassant avec deux mois d'avance les 150.000 prévus par l'Unédic pour l'ensemble de l'année. Personne ne prévoit d'embellie à court terme.

Dernier oiseau de mauvais augure : l'Insee. Dans ses dernières prévisions publiées jeudi, l'institut national de la statistique prévoit une poursuite de la hausse du chômage d'ici à mi-2015, malgré un redémarrage de l'activité. Son taux devrait s'établir à 10,6% de la population active, 10,2% pour la seule métropole.

 

À suivre aussi

Photo d'illustration prise à la Défense, le 16 juillet 2019.
INSEE IDF : quels sont les cadres les plus touchés par le chômage ?
Bon à savoir D'où vient l'expression «se faire limoger» ?
Le taux de chômage a reculé de 0,2 point au deuxième trimestre pour s'établir à 8,5% de la population active en France entière (hors Mayotte), poursuivant sa tendance à la baisse [Aurore MESENGE / AFP/Archives]
Emploi Le taux de chômage poursuit sa baisse en pente douce

Ailleurs sur le web

Derniers articles