A vendre : Appartements des caïds de la pègre

Les biens remis en vente par l'AGRASC sont de toutes sortes.[ARCHIVES AFP]

Des maisons, des appartements, saisis par la justice car illégalement acquis, sont chaque année mis aux enchères pour être redistribués. En 2014, 600 biens immobiliers sont concernés pour un montant avoisinant 330 millions d’euros.

 

Sur le territoire français, 600 biens, illégalement acquis par des voyous ou des réseaux de grand banditisme, ont été saisis pas la police et la gendarmerie. Ces appartements, immeubles ou autres hôtels seront remis sur le marché lors de ventes aux enchères organisées par l’AGRASC (Agence de Gestion et de Recouvrement des Avoirs Saisis et Confisqués).

Cette agence, qui dépend du ministère de la Justice, a confisqué en 2014 600 biens immobiliers pour une valeur de 330 millions d’euros. Les sommes récoltées par la revente au public de ces biens rentrent dans les caisses de l’Etat.

 

Deux hôtels de luxe en Savoie

Les saisies sont diverses. Des immeubles, des maisons, des appartements, mais aussi des hôtels, ont rejoint le catalogue de l’AGRASC en 2014. Deux hôtels de luxe situés en Savoie ont par exemple été saisis récemment. 

Si, à ces biens immobiliers, on ajoute les comptes bancaires, l’argent liquide, le matériel électronique et les voitures de luxe, la somme « récoltée » atteint 458 millions d’euros. Dont 325 millions d’euros pour la seule Police nationale, soit une hausse de 27% par rapport à 2013.

L’AGRASC, qui s’occupe de gérer ces biens et de les remettre sur le marché a été créée en 2011 par Nicolas Sarkozy. L’agence saisit « plus de 450 millions d’euros par année, soit 1,7 million chaque jour, selon Le Figaro.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles