Hollande : "la reprise est là" mais reste "fragile"

François Hollande le 9 janvier 2015. [THIERRY CHESNOT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Le président François Hollande a déclaré vendredi que "la reprise est là" mais qu'elle est "fragile", après les nouveaux chiffres de la croissance fournis par la Commission européenne et la BCE.

 

"Il y a des nouvelles plutôt bonnes, mais pas encore confirmées", a déclaré M. Hollande devant la presse lors d'une visite officielle au Luxembourg. "Il faudra du temps pour que nous en soyons sûrs", a-t-il ajouté, affirmant qu'il fallait "stimuler" et "amplifier" la "reprise qui est maintenant là".

Il a évoqué les prévisions de la Commission européenne, qui table désormais sur une hausse du PIB français de 1% pour 2015, ou de la BCE qui a relevé ses prévisions de croissance dans la zone euro de 1% à 1,5% pour 2015 et de 1,5 à 1,9% pour 2016.

 

Des indicateurs positifs

Il a également cité des indicateurs positifs en France, notamment ceux du moral des ménage, de la consommation, des investissements "qui deviennent plus encourageants".

"Mais ce serait une erreur de dire que les choses sont faites et que nous n'aurions pas besoin de faire des réformes (...) Cela doit nous conduire à aller encore de l'avant", a assuré le chef de l'Etat français, car une "reprise est toujours fragile".

 

Des Français non conscients de l'amélioration

"Quand je l'avais évoquée il y a huit-dix mois, il y a eu ensuite des mesures qui ont été prises dans plusieurs pays européens qui ont ralenti ce processus", a-t-il affirmé, en référence à ses déclarations en mai 2014 annonçant prématurément "un retournement économique".

Aujourd'hui, la conjoncture mondiale et les mesures prises en France peuvent "faire confluence et permettre confiance et croissance", a-t-il dit. Selon lui, "les choses s'améliorent mais les Français n'en auront pas forcément conscience tout de suite". "Ce n'est pas à moi de leur dire, c'est à eux de le sentir".

 

Première visite officielle depuis Mitterrand

François Hollande, effectue la première visite officielle d'un président français au Luxembourg depuis celle de François Mitterrand il y a 23 ans. Il devait, outre ses entretiens avec le Grand-Duc Henri et le Premier ministre, Xavier Bettel, se rendre sur deux sites industriels : celui de la SES (Société européenne des satellites, premier opérateur de satellites européens) et à Esch-Belval, zone de reconversion industrielle frontalière avec la France.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles