Immobilier : les étapes clés du financement

Solliciter uniquement sa banque ne ­garantit pas forcément de décrocher la meilleure offre.[DAMIEN MEYER / AFP]

S’il est bien sûr toujours possible d’acheter un bien «comptant», le recours à l’emprunt demeure un point de passage obligé pour la plupart des acheteurs.

 
 
A l’heure où les taux sont à un niveau exceptionnel, cette ­solution apparaît moins coûteuse qu’auparavant.
 
L’emprunt est aussi vivement conseillé aux investisseurs, puisque la prise en compte des intérêts leur permet de faire baisser le montant de leurs ­revenus fonciers imposables.
 
 
Définir ses possibilités financières
 
Pour obtenir un crédit, il faut avant tout sortir sa calculette afin d’estimer le montant mensuel que l’on peut consacrer à son achat. Il s’agit de calculer ses rentrées d’argent régulières, comme les salaires de son ménage. Mais ce calcul peut aussi inclure des revenus locatifs, des aides sociales ou encore des revenus de placements ­financiers. Attention, les banques 
exigent des acquéreurs qu’ils se présentent avec un apport personnel.
 
Plus il sera important, plus l’acquéreur ­disposera de marge de manœuvre.
 
 
Estimer les dépenses à venir
 
Les banquiers veillent à ce que les mensualités d’un crédit ne dépassent pas 33 % des revenus de l’emprunteur. Si ce taux n’est pas gravé dans le marbre, il donne un indicateur de ce qu’il peut rembourser sans rogner sur le reste de son budget. Car une banque regardera toujours le «reste à vivre» d’un emprunteur, c’est-à-dire ce qu’il lui reste une fois toutes ses dépenses incompressibles additionnées : garde d’enfant, alimentation, voiture, assurances… Une manière d’anticiper de nouvelles dépenses.
 
Surtout qu’une fois propriétaire, un emprunteur devra s’acquitter d’une taxe foncière, de possibles frais de rénovation ou de charges de copropriété.
 
 
Simuler ses capacités de crédit
 
Avant de s’adresser à une banque pour demander un crédit, les emprunteurs ont tout intérêt à utiliser les simulateurs que la plupart des établissements proposent sur leurs sites internet. Eligibilité, taux d’intérêt, montant des mensualités, durée du prêt… en quelques clics, un emprunteur peut se faire une idée précise de ce qui l’attend afin de mener à bien son projet immobilier.
 
 
Comparer les offres
 
Solliciter uniquement sa banque ne ­garantit pas forcément de décrocher la meilleure offre. Il faut faire jouer la concurrence. Quitte à demander à un courtier de s’en charger. Ces spécialistes savent dénicher des offres à des conditions avantageuses.
 
Une fois ces offres de crédit rassemblées, il faut comparer toutes les composantes avant de se décider : le taux bien sûr, mais aussi les possibilités de remboursement anticipé ou de modulation 
des échéances, le coût de l’assurance, les garanties demandées ou encore les frais de dossier.
 
 
 
Cliquer sur la vignette ci-dessous pour accéder à l'ensemble du cahier Immobilier.
 
direct_matin_1.jpg
 
 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles