Salaires : des budgets d'augmentation très bas en 2016

Une fiche de paie. Image d'illustration.[AFP/Archives]

Les entreprises prévoient pour 2016 des budgets d'augmentation des salaires historiquement bas, à hauteur de 1,7%, quasiment moitié moins qu'en 2008, selon une enquête du cabinet Deloitte publiée lundi.

 

Comme pour 2015, les prévisions restent "extrêmement prudentes", souligne le cabinet de conseil, en évoquant une "baisse historique" des budgets d'augmentation envisagés pour 2016. Une baisse qui s'explique en partie par la faible inflation (0,6% en 2015 selon la dernière projection), dit-il.

Conséquence, les augmentations générales, dont l'objet est le maintien du pouvoir d'achat, sont logiquement fortement impactées. Près de sept entreprises sur dix disent ne prévoir que des augmentations individuelles pour les cadres.

Pour les non-cadres, une entreprise sur deux prévoit de recourir à un mix d'augmentations individuelles et générales.

Dans le cas d'un mix, la part de l'augmentation individuelle représenterait les deux tiers (62%) pour les cadres et la moitié (55%) pour les non-cadres.

En général, les budgets prévisionnels d'augmentation sont de 1,7% pour les non-cadres et les cadres et de 1,5% pour les cadres supérieurs, selon l'enquête.

En 2015, malgré des prévisions pessimistes avec un budget envisagé de 1,8%, les augmentations ont été en moyenne de 2,6%, comme en 2014, selon Deloitte. Mais le cabinet note que la pratique du gel salarial est en "légère hausse" aussi bien pour les cadres que les non-cadres (7 à 8% de l'échantillon concernés par un gel des salaires en 2015, contre 1 à 4% en 2014).

Deloitte a établi ses prévisions sur la base d'un sondage réalisé fin août auprès d'une centaine de sociétés et son enquête sur les rémunérations à partir de plus de 530.000 données individuelles.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles