Croissance nulle au deuxième trimestre, le gouvernement confiant

L'OCDE baisse ses prévisions de croissance pour l'économie française, à 1,0% cette année et 1,4% l'an prochain [Joel Saget / AFP] L'OCDE baisse ses prévisions de croissance pour l'économie française, à 1,0% cette année et 1,4% l'an prochain [Joel Saget / AFP]

L'Insee a confirmé que la croissance en France avait été nulle au deuxième trimestre, après avoir progressé de 0,7% au premier trimestre, selon sa deuxième estimation publiée mercredi, qui "conforte" la prévision de 1% de croissance pour 2015 selon le ministre des Finances Michel Sapin.

 

L'Institut national de la statistique et des études économiques a légèrement revu à la hausse l'acquis de croissance, c'est-à-dire la croissance annuelle si les deux prochains trimestres étaient nuls, à 0,9% contre 0,8% lors de la précédente estimation publiée en août.

"L'Insee confirme que la reprise est à l'oeuvre", s'est félicité le ministre, dans une courte déclaration à l'AFP.

La semaine dernière, le gouvernement avait maintenu sa prévision d'une croissance de 1% cette année, même si le Premier ministre Manuel Valls s'était montré plus optimiste mi-août, en déclarant que la France devrait "dépasser" 1% de croissance "et finir 2015 sur un rythme annuel de 1,5%".

Autre bonne nouvelle pour le gouvernement: l'Insee a revu à la baisse le déficit public pour 2014 à 3,9% du PIB, contre 4% estimés auparavant, réduisant d'autant l'effort à réaliser pour parvenir sous les 3% en 2017.

Le pouvoir d'achat des ménages a pour sa part très légèrement régressé au deuxième trimestre par rapport au premier, à -0,1%, en raison d'une moindre progression du revenu disponible brut (+0,3% après +1%) par rapport aux prix à la consommation qui rebondissent (+0,4%, après -0,1%).

Ceci a accentué le ralentissement du pouvoir d'achat (-0,1%, après une augmentation de 1,1% au premier trimestre par rapport à fin 2014). Mesuré en unité de consommation, le pouvoir d'achat se replie de 0,2% après +1%.

Le taux de marge des entreprises non financières est aussi resté quasi-stable au deuxième trimestre (-0,1 point), à 31,1%, après une forte augmentation au premier trimestre (+1,4 point par rapport à fin 2014).

L'Insee a légèrement revu ses chiffres pour les dépenses de consommation des ménages, à 0% au deuxième trimestre contre +0,1% annoncé lors de sa première estimation, ainsi que les investissements des entreprises à +0,3% contre +0,2% annoncé précédemment.

Le solde extérieur, lui, a contribué pour +0,4 point à la croissance contre +0,3 annoncé dans la première estimation.

Vous aimerez aussi

INSEE Le trafic de drogue génère 2,7 milliards d'euros par an en France
Un homme sort d'un Pôle Emploi à Nantes, le 15 janvier 2018 [LOIC VENANCE / AFP/Archives]
Économie Le taux de chômage devrait se stabiliser à 8,9% d'ici à mi-2018
Économie Le trafic de drogue bientôt comptabilisé dans le PIB

Ailleurs sur le web

Derniers articles