Paris veut se doter d'une monnaie locale

Cette monnaie locale complémentaire pourrait s'appeler «La Seine», du nom du célèbre fleuve qui traverse la capitale. [CC / Adrian Scottow]

La mairie de Paris a indiqué «travailler très sérieusement» sur la possible création d'une monnaie locale à Paris. Un projet qui pourrait se concrétiser dès l'automne 2017. 

«Nous étudions la possibilité de créer une monnaie locale complémentaire à Paris», a ainsi déclaré Antoinette Guhl, adjointe à la mairie de Paris chargée de l'économie sociale et solidaire, citée samedi par le Figaro

A lire aussi : Une monnaie locale lancée sur le bassin d’Arcachon

Réclamée par les Verts depuis décembre 2015, c'est l'association Une monnaie pour Paris, créée en 2016 par une dizaine de bénévoles, qui dialogue avec la Mairie de Paris sur la «nécessité d'initier une MLC» (une monnaie locale complémentaire, ndlr) pour la capitale française. Cette monnaie locale parisienne viendrait donc en complément de la monnaie nationale et une campagne d'information a vu le jour au mois d'août dernier. 

Elle pourrait s'appeler «La Seine»

La forme de cette MLC, fiduciaire ou électronique, reste toutefois encore à définir. Antoinette Guhl précise qu'une étude d'impact sur le sujet est en cours et que cette monnaie locale pourrait, par exemple, servir à payer les cantines ou les services de la ville. «Rien n'est encore fixé mais la réflexion est ouverte», précise l'élue. Cette monnaie pourrait s'appeler «La Seine» mais le choix définitif du nom sera soumis à un vote collectif en novembre prochain.

Les monnaies locales complémentaires ont pour but de favoriser les circuits courts et l’économie locale : les utilisateurs consomment exclusivement des produits fabriqués autour de chez eux. Selon ses partisans, la MLC recentre ainsi le pouvoir économique d'une façon démocratique et permet d'enrayer la délocalisation, l'évasion fiscale, la spéculation et le chômage

A lire aussi : Une pièce de 5 euros ? La Monnaie de Paris persiste

«Pour agir en 'consomm'acteur', il faut que la monnaie soit simple d’utilisation (une unité de La Seine équivaudrait en cela équivalente à un euro) afin qu'elle ne touche pas uniquement des personnes déjà convaincues de son efficacité. Il s'agit d'un outil idéal pour que les citoyens et les entreprises démarrent ensemble une transition énergétique (moins de transport puisque consommation de proximité) et sociale (favoriser la fabrication locale)» précise Lucas Rochette-Berlon, le président d'Une monnaie pour Paris. Aujourd'hui, en France, on compte déjà une quarantaine de monnaies locales en circulation.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles