Tabac : la hausse de la rémunération des buralistes va se répercuter sur les prix

La marge des buralistes passera de 6,9% à 8% en quatre ans, a annoncé Christian Eckert. Photo d'illustration. [CC / Michel Le Mandat)

En plein mois sans tabac, les 25.000 buralistes de France ont obtenu un coup de pouce du gouvernement et vont voir leur rémunération augmenter. Cette hausse va toutefois se répercuter sur le prix des cigarettes, ont déjà prévenu plusieurs fabriquants.

C'est Christian Eckert, le Secrétaire d'Etat chargé du Budget, qui a officialisé la nouvelle vendredi 4 novembre face à 500 buralistes réunis en congrès. Cette annonce satisfait la profession après deux mois de discussions et surtout après le vote, cette semaine, d'une hausse des taxes sur le tabac à rouler.

A lire aussi : Les buralistes pestent contre l'arrivée des premiers paquets de cigarettes neutres

Concrètement, sur chaque paquet de cigarettes, la marge des buralistes passera de 6,9% à 8% en quatre ans. Pour financer cette mesure, le gouvernement compte taxer les fabricants de tabac sur leur chiffre d'affaires.

Mais, pour compenser cette mesure, beaucoup de fabriquants ont déjà annoncé qu'ils augmenteraient le prix du tabac. Ils entendent aussi compenser la hausse de la fiscalité sur le tabac à rouler et la création d'un prélèvement sur leur chiffre d'affaires, annoncé fin septembre, qui pourrait rapporter un peu plus de 100 millions d'euros par an à l'Etat.

«Il faut que ce soit les fabricants qui rognent sur leurs marges et ils peuvent le faire, car elles sont très supérieures en France à ce qu'elles sont à l'étranger», a affirmé M. Eckert, disant espérer «que nous puissions avoir une année de stabilisation, voire d'une hausse, mais modérée, du prix de vente au public».

A lire aussi : Tout savoir sur l'opération «Moi(s) sans tabac»

«Il est évident que tous les fabricants vont répercuter ces hausses sur le prix du tabac», estime de son côté Eric Sensi-Minautier, directeur des affaires publiques chez British American Tobacco, qui déplore côté des annonces faites «sans concertation».

Les fabriquants dénoncent «un empilement de taxes»

Le cigarettier Japan Tobacco International (JTI) déplore pour sa part dans un communiqué un «empilement de hausses de taxes» et prévient qu'elles «seront inévitablement répercutées dans les prix de vente au détail des cigarettes et du tabac à rouler et seront, in fine, payées par le consommateur».

A lire aussi : Fumer provoque des mutations génétiques

Plusieurs cigarettiers avaient déjà prévenu fin septembre qu'ils augmenteraient leurs prix de vente, pour compenser l'augmentation de fiscalité décidée par le gouvernement. «Avec ces hausses, il va falloir ajouter 0,20 euro ou 0,30 euro par paquet de cigarettes», estiment plusieurs sources proches du dossier.

La dernière hausse, survenue en janvier 2014, avait porté le prix du paquet le moins cher à 6,50 euros et celui du plus cher, notamment la marque la plus vendue (Marlboro), à 7 euros.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles