Péages, gaz, épargne... ce qui change au 1er février

Le prix des péages augmentant le 1er février 2017, les automobilistes vont devoir mettre un peu plus la main au porte-monnaie. [AFP / illustration / Valery Hache]

C’est un peu une tradition. À chaque début de mois, son lot de changements dans le quotidien des Français. Et le mois de février n'échappe pas à la règle.

Ainsi, ceux qui se chauffent au gaz (Engie) voient leur facture baisser en moyenne de 0,6 %. Près de sept millions de foyers sont concernés.

A lire aussi : 12 millions de Français peinent à payer leurs factures de gaz et d'électricité

Bonne nouvelle également pour les fonctionnaires. Le point d’indice, qui sert à calculer leur salaire, augmente, comme en juillet dernier, de 0,6 %. Une nouvelle revalorisation après six ans de gel.

L'autoroute devient plus chère

Les automobilistes, en revanche, vont devoir mettre la main au porte-monnaie. Les tarifs des péages augmentent en effet de 0,76 %. Le but : financer un vaste plan de travaux du réseau autoroutier. La hausse se poursuivra d’ailleurs jusqu’en 2021, les prix des péages devant augmenter de 0,1 % à 0,4 %.

A lire aussi : Autoroutes : le prix des péages va augmenter

Petite consolation néanmoins du côté des banques, où le taux du Livret A, révisable en août et en février, ne baisse pas et reste à 0,75 %. A noter aussi qu’à partir du 6 février, il sera plus simple de changer de banque grâce au «mandat de mobilité bancaire».

En fournissant ce document, accompagné d’un RIB, c’est le nouvel établissement qui se chargera des formalités auprès des créditeurs (comme l’employeur) et débiteurs (comme le bailleur).

Lille adopte l'encadrement des loyers

Une mesure qui sera sûrement utile en cas de déménagement, notamment à Lille, qui, après Paris en 2015, met en place, à son tour, l'encadrement des loyers. Avec une hausse de 70 % des loyers privés entre 2000 et 2012, contre 50 % sur l’ensemble du territoire, la capitale du nord est désormais la troisième ville la plus chère de France.

L’encadrement concerne tous les locataires signant un bail à partir du 1er février 2017. Le loyer au mètre carré du logement en location ne peut pas dépasser le loyer de référence, majoré de 20 % selon les caractéristiques du logement.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles