Les candidats s'engagent sur l'énergie

Rénovation énergétique obligée lors de la vente ou la location d'un logement, lien entre la gestion des impayés énergétiques et l'aide à la maîtrise de l'énergie: les candidats à l'Elysée ont avancé des engagements sur l'énergie et les déchets, à la demande de l'association Amorce.[AFP/Archives]

Rénovation énergétique obligée lors de la vente ou la location d'un logement, lien entre la gestion des impayés énergétiques et l'aide à la maîtrise de l'énergie: les candidats à l'Elysée ont avancé des engagements sur l'énergie et les déchets, à la demande de l'association Amorce.

Le candidat du PS, François Hollande, serait ainsi "prêt à envisager une obligation de rénovation énergétique (isolation, changement des huisseries, des moyens de chauffage) au moment de la vente ou de la location", a indiqué Nicolas Garnier, délégué général d'Amorce, association de collectivités territoriales et de professionnels pour la gestion des déchets, l'énergie et l'environnement.

Eva Joly, candidate d'EELV, soutient la suppression progressive du chauffage électrique. Elle voudrait "lier la gestion des impayés énergétiques avec un dispositif d'aide aux travaux de maîtrise de l'énergie", selon M. Garnier, qui précise que les réponses des candidats ont été fournies par leurs représentants.

"Quand quelqu'un ne paye pas, c'est le plus souvent qu'il surconsomme et le système ne l'aide pas à payer moins", indique-t-il. "Il faut engager des travaux de maîtrise de l'énergie, faire du préventif plutôt que du curatif".

Sur les énergies renouvelables, "tout le monde veut plus de lisibilité sur les tarifs d'achat, François Hollande proposant un tarif valable sur cinq ans".

Pour financer la maîtrise de l'énergie et les énergies renouvelables, Modem, UMP, PS et EELV veulent "une refonte complète de la fiscalité énergétique".

Concernant les déchets, la mesure proposée par Amorce "qui porte le plus", selon Nicolas Garnier, est l'organisation d'un vaste plan contre le gaspillage alimentaire en mettant notamment en place un cadre juridique pour permettre la récupération des invendus au profit des associations caritatives. D'autre part, on pourrait envisager de remplacer la "date de consommation" sur les produits par une "date de commercialisation", avec un délai de consommation.

Eva Joly est favorable à ce qu'on taxe les produits générant des déchets non recyclables, donc n'ayant pas de "point vert".

PS, Modem, Front de gauche et EELV sont favorables à un "recadrage complet" des éco-organismes, sociétés anonymes, pour en faire des associations loi 1901.

Vous aimerez aussi

Élection présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Élections Présidentielle au Mali : un second tour qui semble joué d'avance
Le président-élu colombien Ivan Duque pendant la présentation de son livre "L'Archéologie de mon père" à Medellin, en Colombie le 10 juillet 2018 [JOAQUIN SARMIENTO / AFP]
Présidentielle Ivan Duque investi président de Colombie
L'opposant et perdant de la présidentielle au Zimbabwe, Nelson Chamisa, Harare, 3 août 2018 [Jekesai NJIKIZANA / AFP]
Afrique Zimbabwe : le président élu défend une élection crédible, l'opposition crie à la fraude

Ailleurs sur le web

Derniers articles