Penly: "incident très sérieux" selon Cécile Duflot

Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, interrogée vendredi sur la centrale nucléaire de Penly, a parlé d'un "incident très sérieux", en déplorant un "manque de transparence" sur ces questions.[AFP]

Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, interrogée vendredi sur la centrale nucléaire de Penly, a parlé d'un "incident très sérieux", en déplorant un "manque de transparence" sur ces questions.

"Le nucléaire à la française - et le nucléaire en général - c'est toujours ça, il faut tirer très fort sur la ficelle" pour obtenir des informations, a-t-elle déploré. "On essaye toujours de dire: +C'est pas grave, c'est pas grave+. C'est jamais grave".

"Je pense, au vu des informations dont on dispose, que c'est un incident très sérieux, mais que ce n'est pas une catastrophe", a déclaré l'élue francilienne.

"Il y a un manque de transparence autour du nucléaire", a-t-elle accusé.

S'il devait se passer la même chose à Penly qu'à Fukushima, "ça veut dire qu'il n'y a plus de Dieppe, qu'il n'y a plus d'habitants au Tréport pendant des centaines d'années", a-t-elle averti.

EDF a annoncé vendredi matin la fin de la fuite sur un joint du circuit de refroidissement du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Penly (Seine-Maritime), arrêté jeudi après deux départs de feu, assurant que l'incident n'avait eu "aucune conséquence sur l'environnement".

À suivre aussi

La centrale nucléaire de Golfech dans le collimateur
Environnement La centrale nucléaire de Golfech dans la tourmente
L'EPR en construction à Flamanville le 16 novembre 2016 [CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives]
Nucléaire EPR de Flamanville : la facture passe à 12,4 milliards d'euros
Tourisme Tchernobyl : la salle de contrôle du réacteur 4, à l'origine de la catastrophe nucléaire, ouverte aux visiteurs

Ailleurs sur le web

Derniers articles