Intoxication au plomb : douze usines fermées en Chine

Une atmosphère polluée dans la province du Henan, le 6 novembre 2009, centre de la Chine[AFP/Archives]

Douze usines dans l'est de la Chine ont été temporairement fermées après que des taux de plomb anormalement élevés ont été diagnostiqués chez des enfants vivant à proximité, a rapporté lundi le Zhongguo Qingnian Bao (Quotidien de la jeunesse chinoise).

Les autorités locales ont cherché à minimiser l'importance de ces fermetures qui mettent en lumière les inquiétudes croissantes des Chinois face à la dégradation de leur environnement et des risques pour la santé liés à une industrialisation effrénée.

"L'ensemble des 12 usines, qui traitent des métaux, des produits chimiques et du papier recyclé ont été arrêtées pour les besoins de l'enquête", selon un communiqué de la municipalité de Jian, dans la province du Jiangxi (est), cité par le journal.

A l'origine de l'affaire, un taux anormalement élevé de plomb dans le sang repéré le mois dernier chez un garçon vivant à côté d'une zone industrielle de cette ville, détaille le quotidien. Il ajoute qu'après la découverte de niveaux élevés de plomb chez 15 autres enfants, des parents inquiets ont demandé aux autorités de fermer les usines.

Le plomb, s'il est ingéré ou inhalé, peut pénétrer dans le système sanguin et bloquer la production d'hémoglobine qui transporte l'oxygène aux organes. Les enfants y sont particulièrement vulnérables.

Tout en cédant devant la pression exercée par les parents, la municipalité de Jian a déclaré qu'il n'y avait pas de preuves que des fuites de plomb émanent de la zone industrielle, et souligné que les fermetures d'usines n'étaient que temporaires.

Les mouvements de protestation contre des usines polluantes se sont récemment multipliés en Chine, parfois avec succès.

Des milliers de personnes ont ainsi manifesté la semaine dernière contre la construction d'un complexe métallurgique traitant des métaux lourds à Shifang, dans le sud-ouest du pays, entraînant l'abandon de ce projet d'un coût de 1,3 milliard d'euros.

À suivre aussi

Daniel Cueff, maire de Langouët, devant le tribunal administratif de Rennes le 14 octobre 2019 [Damien MEYER / AFP]
Pollution «On m'empêche de protéger ma population !», le maire de Langouët défend son arrêté anti-pesticides
Accident Corse : un cargo s'échoue au cœur de la réserve naturelle de Bonifacio
Environnement 6 conséquences concrètes de la pollution de l'air sur la santé

Ailleurs sur le web

Derniers articles