Une société en faillite abandonne ses déchets nucléaires

Une société belge de production de matériel pour la médecine nucléaire en faillite a abandonné dans ses locaux plusieurs mètres cubes de déchets radioactifs, ont annoncé mardi les autorités belges, une semaine après la découverte de possibles fissures dans un réacteur du pays.[BELGA] Une société belge de production de matériel pour la médecine nucléaire en faillite a abandonné dans ses locaux plusieurs mètres cubes de déchets radioactifs, ont annoncé mardi les autorités belges, une semaine après la découverte de possibles fissures dans un réacteur du pays.[BELGA]

Une société belge de production de matériel pour la médecine nucléaire en faillite a abandonné dans ses locaux plusieurs mètres cubes de déchets radioactifs, ont annoncé mardi les autorités belges, une semaine après la découverte de possibles fissures dans un réacteur du pays.

Best Medical Belgium (BMB), filiale d'un groupe américain située à Fleurus, près de Charleroi (sud), a fait faillite en mai et été placée sous administration judiciaire.

Le 17 juillet, l'Institut belge des radioéléments (IRE), propriétaire des locaux loués par Best Medical, a inspecté ceux-ci en compagnie de spécialistes de l'Organisme national des déchets radioactifs (Ondraf) et de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN).

Dans une lettre de mise en demeure adressée aux administrateurs judiciaires rendue publique mardi par les quotidiens Le Soir et De Standaard, le directeur de l'IRE, Jean-Michel Vanderhofstadt, dresse un bilan édifiant de l'état de l'entreprise.

"Nous avons constaté en maints endroits non seulement un état général de délabrement des installations et équipements, mais aussi, dans un désordre indescriptible, un amas non seulement de pièces, caisses, classeurs, papiers, outils, tuyaux, câbles électriques, bouteilles de solvants, quincaillerie... mais aussi de déchets radioactifs constituant, pour la plupart d'entre eux, des matériaux combustibles", écrit le patron de l'IRE.

La situation décrite constitue un "risque pour la sûreté des autres installations nucléaires du site et par voie de conséquence sur l'environnement et la population avoisinante", poursuit M. Vanderhofstadt.

Il précise que 7 m3 de sacs en plastique et une quinzaine de fûts contenant du strontium 90 étaient entreposés au milieu de ce fatras.

"Il n'y a pas de danger pour le voisinage" mais il faut "intervenir rapidement", a déclaré à l'AFP le patron de l'AFCN, Willy De Roovere.

La ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, a qualifié d'"inacceptable" la situation et expliqué avoir ordonné à l'Ondraf de traiter ces déchets le plus vite possible.

L'Ondraf, qui a déjà placé les lots les plus préoccupants dans des conteneurs, a précisé que le traitement des déchets et l'assainissement du site débuteraient à la mi-septembre et que ces travaux pourraient prendre "de 5 à 7 ans".

La question de la sûreté des installations nucléaires a refait surface en Belgique la semaine dernière avec l'annonce de la découverte de "possibles fissures" sur la cuve du réacteur nucléaire de Doel 3, près d'Anvers (nord).

Ce réacteur, à l'arrêt depuis début juin, ne devrait pas être relancé avant fin septembre, a indiqué mardi son exploitant Electrabel.

Vous aimerez aussi

Le Premier ministre belge Charles Michel donne une conférence de presse le 8 décembre 2018 à Bruxelles à l'issue d'un conseil des ministres [NICOLAS MAETERLINCK / BELGA/AFP]
Politique Belgique : fin de la coalition, Charles Michel chef d'un gouvernement minoritaire
Mouvement social Les gilets jaunes sont aussi présents en Belgique
Mouvement social La Belgique aussi a ses gilets jaunes

Ailleurs sur le web

Derniers articles