Les opposants aux gaz de schiste ne désarment pas et manifesteront samedi

Des opposants au gaz de schiste, le 23 octobre 2011 à Barjac [Gerard Julien / AFP/Archives] Des opposants au gaz de schiste, le 23 octobre 2011 à Barjac [Gerard Julien / AFP/Archives]

Les opposants aux gaz et pétrole de schiste, pas convaincus par le rejet de sept demandes d'exploration d'hydrocarbures annoncé vendredi par le président François Hollande, manifesteront samedi en région parisienne et dans le Gard dans le cadre d'une journée internationale.

"Pour nous, ce n'est pas fini!", ont assuré mardi les représentants des anti-gaz de schiste lors d'une conférence de presse à Paris.

"Le président de la République a annoncé le rejet de sept demandes de permis lors de la conférence environnementale, mais il reste une trentaine de demandes et une soixantaine de permis déjà accordés" de recherche d'hydrocarbures, a indiqué Alain Dordé, membre du collectif d'Ile-de-France.

Pour les collectifs anti-gaz de schiste, une grande partie de ces permis ou demandes visent des gaz et pétrole de schiste, des hydrocarbures exploitables seulement par la technique de la fracturation hydraulique considérée à risques pour l'environnement et la santé.

Lors de la conférence environnementale, M. Hollande avait annoncé le rejet de sept demandes de permis d'exploration d'hydrocarbures dans la moitié sud de la France, le gouvernement considérant qu'elles visent les gaz de schiste.

Dans le cadre d'une "journée mondiale contre les gaz et pétrole de schiste", deux rassemblements principaux sont prévus en France ce samedi, à Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne) et Saint-Cristol-lez-Alès (Gard).

En Seine-et-Marne, sept communes sont concernées par des forages prévus en novembre dans le cadre de plusieurs permis d'exploration d'hydrocarbures, selon Caroline Pinet, membre d'un collectif anti-pétrole de schiste, qui pointe les risques de pollution des nappes phréatiques.

Dans le Gard, la journée sera résolument "internationale" avec des témoignages venus des Etats-Unis, du Québec, des Pays-Bas ou de Pologne.

Une manifestation au Trocadéro inaugurera symboliquement, samedi matin, le "premier forage intramuros à Paris".

Vous aimerez aussi

Emmanuel Macron avec Pedro Sanchez lors de la visite du premier ministre espagnol à Paris le 23 juin 2018. [ludovic MARIN / AFP/Archives]
Politique Macron en Espagne et au Portugal pour parler Europe et énergie
Strasbourg : une raffinerie transformée en site de géothermie
Energie Strasbourg : une raffinerie transformée en site de géothermie
Le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier (à gauche sur la photo) et le commissaire européen chargé de l'Energie Maros Sefcovic à la fin d'une conférence de presse commune le 17 juillet 2018 à Berlin [Tobias SCHWARZ / AFP]
Energie Négociations sur l'épineux dossier du transit du gaz russe vers l'Europe

Ailleurs sur le web

Derniers articles