L'explorateur Mike Horn boucle quatre ans d'expéditions extrêmes avec des jeunes

L'explorateur helvético-sud-africain Mike Horn et Albert II de Monaco posent avec des jeunes pour l'arrivée du voilier Pangaea à Monaco le 13 décembre 2012 [Valery Hache / AFP] L'explorateur helvético-sud-africain Mike Horn et Albert II de Monaco posent avec des jeunes pour l'arrivée du voilier Pangaea à Monaco le 13 décembre 2012 [Valery Hache / AFP]

L'explorateur helvético-sud-africain Mike Horn a ramené jeudi au port de Monaco son voilier en aluminium, le Pangaea, après plus de quatre années de périple sur les mers du monde, accueilli par des dizaines de jeunes qui l'avaient rejoint pour douze expéditions extrêmes.

"Je me sers de l'aventure pour attirer les jeunes, ensuite nous leur parlons d'environnement et de sciences", explique ce père de famille de 46 ans, qui arpente la planète depuis vingt ans et espère avoir essaimé dans le monde une petite armée de combattants pour l'environnement.

Le visage buriné, la voix cassée "par une crise de malaria, un rhume et quelques verres", Mike Horn se dit lui-même incapable de "rester dans un endroit". Ce qu'il aime, c'est "dormir sous une tente à -60 degrés et affronter les éléments à quatre heures du matin".

Une cinquantaine de jeunes sont venus du monde entier pour l'accueillir et évoquer leurs souvenirs communs dans les déserts, les régions polaires ou la forêt vierge.

Le voilier Pangaea à son arrivée dans le port de Monaco le 13 décembre 2012 [Valery Hache / AFP]
Photo
ci-dessus
Le voilier Pangaea à son arrivée dans le port de Monaco le 13 décembre 2012
 

Au total, une centaine d'adolescents de 40 pays, âgés de 15 à 20 ans, ont participé à l'une des douze expéditions de trois semaines menées à partir du Pangaea dans les régions les plus reculées du monde. A leur retour chez eux, ils devaient aussi lancer localement des projets environnementaux concrets.

"Les hommes se préoccupent des choses qu'ils voient. Quand on est explorateur, on voit plus de choses", commente Mike Horn. Car si les jeunes ont découvert des paysages naturels exceptionnels, ils ont aussi observé les nombreux dégâts faits par les hommes.

Valentin Dorsaz, un collégien de 17 ans du Valais suisse, se souviendra toujours de la nuit passée avec sept autres jeunes en août 2011, sur une sorte de lit de camp accroché à la paroi d'un fjord vertical dans le Nord canadien.

Ours polaires, Inuits... et déchets

"Nous avions mis une journée pour grimper la paroi de 200 mètres. Il a fait très froid, il a plu, j'avais 2 cm d'eau dans le sac de couchage, j'étais trempé... C'était tellement beau et incroyable d'être là!", raconte-t-il.

"Nous avons navigué 1.600 km, traversé un glacier à pied en tirant nous-mêmes nos traîneaux, escaladé des montagnes depuis le niveau de la mer, vu huit ours polaires, rencontré des jeunes Inuits... mais aussi nettoyé des plages jonchées de déchets" amenés par la mer.

Lani van Niekerk, une jeune Sud-Africaine de 19 ans, a remonté en mars dernier sur 2.000 km le fleuve Amazone, avec neuf autres jeunes. "Je me suis endormie dans un hamac au milieu des bruits de la jungle", se souvient-elle avec émotion.

Mike Horn pose sur une rive de Deception Island en Antarctique, devant son voilier Pangaea, en octobre 2008 [Martin Bureau / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Mike Horn pose sur une rive de Deception Island en Antarctique, devant son voilier Pangaea, en octobre 2008
 

La Parisienne Eugénie Guillaume, 21 ans, a surtout vu le monde sous-marin en plongeant en Malaisie en 2009 pour étudier les coraux. Et surtout "dormir à la belle étoile" sur le pont du voilier de 35 mètres construit avec des technologies renouvelables au Brésil par des familles des favelas.

Elle a retrouvé à Monaco son ex-compagne d'exploration Michelle Nay, une Suisse allemande de 22 ans, étudiante en biologie. "C'était génial", dit Michelle, tout en évoquant ces zones "qui ressemblent à un cimetière car tous les coraux ont disparu".

Quant à l'explorateur en chef Mike Horn, son plus beau souvenir est sans conteste l'arrivée dans l'Antarctique. Il en rêvait depuis l'âge de 8 ans et ses premières lectures d'explorateurs. "Le plus incroyable, ce sont les paysages. J'ai réalisé mon rêve d'enfant et je l'ai partagé avec des jeunes".

Vous aimerez aussi

Capture d'écran NASA
Espace La Nasa veut envoyer un mini-hélicoptère sur Mars
Exploration On en sait un peu plus sur Zealandia, le «8e» continent
L'astronaute Thomas Pesquet lors d'une conférence de presse à Cologne le 6 juin 2017 [Roberto Pfeil / afp/AFP]
Exploration Thomas Pesquet prêt à repartir un jour dans l'espace

Ailleurs sur le web

Derniers articles