Boulogne-sur-mer : un bateau de Greenpeace déplacé pour maintenir l'ordre public

L'Arctic Sunrise, un des navires de l'organisation de défense de l'environnement Greenpeace, croise dans les bouches de Bonifacio le 30 juillet 2008 [Stephan Agostini / AFP/Archives] L'Arctic Sunrise, un des navires de l'organisation de défense de l'environnement Greenpeace, croise dans les bouches de Bonifacio le 30 juillet 2008 [Stephan Agostini / AFP/Archives]

Un bateau de Greenpeace, qui devait accoster à un quai accessible au public du port de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), ville du ministre de la Pêche Frédéric Cuvillier, a finalement été redirigé vers un quai inaccessible à la population "pour maintenir l'ordre public", a-t-on appris lundi de sources concordantes.

L'Arctic Sunrise, dont les occupants faisaient escale à Boulogne pour promouvoir la pêche artisanale, dans le cadre d'une tournée européenne, a finalement choisi de rester au large des côtes boulonnaises, a indiqué Greenpeace.

Contactée, la préfecture du Pas-de-Calais a indiqué que la décision de ne pas faire accoster le bateau à un quai accessible au public résultait "de la désapprobation du comité régional des pêches maritimes et des élevages marins" et a invoqué des raisons préventives de troubles à l'ordre public.

L'ONG a directement mis en cause le ministre de la Pêche, Frédéric Cuvillier : "Il ne veut pas entendre parler des pêcheurs artisans. Il va pourtant devoir s'y faire, la nouvelle orientation européenne prise cette semaine ne lui laisse pas le choix : les pêcheurs artisans doivent être pris en compte au même titre que les autres".

Un accord a été trouvé jeudi au sein de l'Union européenne pour limiter les pratiques de surpêche, permettant à terme de restaurer les stocks et d'instaurer une élimination progressive des rejets, un accord salué par Frédéric Cuvillier.

Le ministre a expliqué qu'il n'était "pas judicieux que l'Arctic Sunrise accoste au bassin Loubet, au milieu des bateaux de pêche". En revanche, le ministre de la Pêche a assuré que les militants auraient très bien pu rencontrer le public sur un autre quai, sur lequel il suffisait de lever une barrière pour le rendre accessible aux personnes

"Boulogne est le premier port de pêche français et la ville où réside le ministre de la Pêche. Greenpeace a simplement voulu faire le +buzz+. (...)C'est une polémique qui n'a pas lieu d'être ", a conclu le ministre.

L'objectif de Greenpeace était de promouvoir la pêche artisanale et de mettre en garde les consommateurs contre les méthodes de pêche industrielle à l'aide d'une exposition temporaire.

Vous aimerez aussi

La pêche électrique : une pratique brutale contestée
Écologie La pêche électrique : une pratique brutale contestée
Boulogne-sur-Mer : le plus grand bassin d'Europe rouvre ses portes
découverte Boulogne-sur-Mer : le plus grand bassin d'Europe rouvre ses portes
Calais Ivre, il menace de jeter un bébé dans le vide si on ne le ressert pas

Ailleurs sur le web

Derniers articles