Traversée de l'Amérique: l'avion solaire Solar Impulse boucle sa 3e étape

Bertrand Piccard s'apprête à décoller à bord de Solar Impulse, le 3 mai 2013 à Mountain View [Beck Diefenbach / Getty Images/AFP/Archives] Bertrand Piccard s'apprête à décoller à bord de Solar Impulse, le 3 mai 2013 à Mountain View [Beck Diefenbach / Getty Images/AFP/Archives]

Le premier avion solaire Solar Impulse, piloté par l'aventurier suisse Bertrand Picard, a atterri sans incident mardi matin à Saint Louis, dans le Missouri, au terme de la 3e étape de sa traversée des Etats-Unis.

Cette étape de 21 heures entre Dallas et Saint Louis était la plus longue du périple du monoplace, qui doit ensuite se poursuivre par des escales à Washington et New York.

"J'ai l'impression de revenir d'un autre monde", a assuré Bertrand Picard à son arrivée à Saint Louis, retransmise en direct sur le site web des organisateurs.

Ceux-ci avaient maintenu la date de départ malgré les dévastations provoquées à l'aéroport de Saint Louis par des tornades.

La traversée en cinq étapes des Etats-Unis, débutée en mai près de San Francisco en Californie (ouest), a pour objectif de promouvoir les technologies des énergies renouvelables.

L'appareil dépend de 12.000 cellules photovoltaïques capables de produire l'électricité suffisante pour charger sa batterie au lithium de 400 kilos, nécessaire à l'alimentation des quatre moteurs électriques à hélice de 10 chevaux chacun, de jour comme de nuit.

L'étape de Saint Louis avait été présentée comme "symbolique" par les organisateurs qui ont ainsi voulu rendre hommage au pionnier de l'aviation Charles Lindbergh et à son avion the Spirit of St. Louis", le premier à avoir traversé l'Atlantique en 1927.

L'appareil de 1.600 kg en fibres de carbone bénéficie d'une envergure d'ailes de 63,4 m, équivalente à celle d'un Boeing 747. Volant à une altitude maximale de 8.500 m et à une vitesse moyenne de 70 km/h, Solar Impulse, projet lancé il y a dix ans, a fait son baptême de l'air en juin 2009.

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles