L'Abbaye de Fontevraud accueille la Global Conference

Vue de l'Abbaye de Fontevraud à Saumur [Frank Perry / AFP/Archives]

Un pont entre passé et futur. Fondée au XIIe siècle pour devenir une cité idéale de prière et de travail, l’abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire) a traversé les siècles.

 

Ensemble monastique reconverti au fil de l’histoire en pénitencier, elle est désormais classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Un lieu d’histoire, d’art et de culture, qui a fait ces dernières années du développement durable l’une de ses priorités.

Cette gestion responsable est en adéquation parfaite avec Les Ateliers de la Terre, qui organisent sur place mercredi et jeudi leur IXe Global Conference. 

Ce forum international, qui rassemble responsables politiques, représentants d’entreprise, d’ONG, experts scientifiques et journalistes, vise à réfléchir aux projets de société mondiaux néces­saires pour demain.

 

Un «pôle énergétique» installé

Pour favoriser la préservation de l’environnement et réduire sa consommation d’énergie et ses rejets de gaz à effet de serre, l’abbaye de Fontevraud a mis en place depuis 2012 un projet ambitieux, son Pôle énergétique.

Installation de chaudières à bois pour remplacer le fuel et le chauffage électrique, mise en place de dizaines de panneaux photovoltaïques, récupération des eaux de pluie, stockage et valorisation des déchets, utilisation de véhicules électriques…

Cette conversion fait aujourd’hui de l’abbaye l’un des monuments historiques les plus impliqués au monde dans les énergies renouvelables.

Soucieux de sauvegarder la biodiversité, le site favorise aussi les circuits courts en faisant appel aux producteurs locaux. Sans compter son implication dans l’insertion professionnelle.

Forte de ces atouts, Fontevraud travaille ainsi à obtenir la Certification internationale ISO 26000 sur la responsabilité sociale et environnementale, une première du genre pour un monument classé.

 

L'Abbaye de Fontevraud passe au 100% énergies renouvelables

Lumières éteintes pour "une heure pour la planète"

Vous aimerez aussi

Banque Placements verts : l’épargne en mode écolo
Écologie Ségolène Royal : « Pourquoi casser ce qui marche ? »
Isabelle Autissier, présidente de WWF France
cop24 Isabelle Autissier, présidente de WWF France : «Nous n'avons plus que dix ans pour agir sur le climat»

Ailleurs sur le web

Derniers articles