Vendredi, deuxième pic de pollution consécutif à Paris

Des épisodes de pollution aux particules, favorisés par l'absence de vent, affectent régulièrement la région parisienne. Des épisodes de pollution aux particules, favorisés par l'absence de vent, affectent régulièrement la région parisienne. [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]

La capitale va faire face à un deuxième pic de pollution consécutif. Des niveaux élevés de particules fines sont en effet observées depuis jeudi par Airparif, principalement en raison de la météo et de la circulation automobile dense.

 

"Les vents sont faibles sur tout le quart nord-ouest du pays, ce qui explique pourquoi la pollution émise notamment par le trafic routier ne se disperse pas", selon Véronique Ghersi, ingénieur prévisionniste à Airparif. De plus, l’air est froid et humide, "ce qui favorise la concentration de certains polluants". La situation devrait néanmoins revenir à la normale à partir de demain avec un renouvellement de la masse d’air.

En attendant, la mairie de Paris a pris ses dispositions en renouvelant la gratuité du stationnement résidentiel ce vendredi. Déjà appliquée la veille, pour les titulaires de la carte de résident uniquement, cette mesure vise à inciter les Parisiens à ne pas prendre la voiture et à privilégier les transports en commun et les véhicules non polluants.

 

La vitesse réduite sur le périphérique

Ceux qui prennent néanmoins leur voiture personnelle doivent quant à eux lever le pied. Comme jeudi, la préfecture de police a abaissé la vitesse maximale autorisée sur le périphérique à 60 km/h (au lieu de 70 km/h). Sur les autres voies rapides autour de Paris, la vitesse est également réduite de 20 km/h.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles