Comprendre le jargon du nucléaire iranien de A à Z

Un technicien iranien travaille dans une usine de conversion d'uranium à Ispahan, 420km au sud de Téhéran, le 3 février 2007. [Behrouz Mehri / AFP / Archives]

Noyés dans une mer radioactive de jargon nucléaire, perdus entre Bouchehr et Parchin, sceptiques devant le breakout, le plutonium et les centrifugeuses ? Alors que l'Iran et les grandes puissances sont en pleine négociation à Lausanne, voici un abécédaire des principaux termes techniques au coeur du dossier du nucléaire iranien.

 

A pour Arak

Jusqu'en 2014, l'Iran construisait un réacteur à eau lourde à Arak (centre). Une fois opérationnel, ce réacteur pourrait fournir du plutonium, autre moyen que l'uranium pour parvenir à une bombe atomique.

 

B pour Breakout

Il s'agit de la période de temps dont l'Iran aurait théoriquement besoin pour avoir assez de matériel nucléaire pour assembler une bombe.

Les grandes puissances veulent que cette période dure au minimum un an, afin de leur donner le temps de réagir.

 

C pour Centrifugeuses

Ce sont les machines qui enrichissent l'uranium transformé en gaz en le faisant tourner à des vitesses supersoniques, permettant l'augmentation de la proportion de matière fissile isotope (U-235) pour différentes utilisations (voir: enrichissement).

 

D pour Démantèlement

Lorsque la crise du nucléaire iranien a commencé au début des années 2000, la communauté internationale réclamait le démantèlement des installations iraniennes. Ce démantèlement n'est plus à l'ordre du jour, il s'agit désormais de contrôler étroitement les activités nucléaires.

 

E pour Enrichissement 

L'uranium a l'état naturel contient 0,7% de u-235. Enrichi entre 3,5 et 5%, il est utilisé pour les réacteurs nucléaires, à 20% pour un usage médical et à 90% pour une bombe.

 

F pour Fuel

Téhéran affirme que son programme vise à produire du fuel (carburant) pour 20 futurs réacteurs. La Russie fournit du carburant à la seule centrale iranienne existante, celle de Bouchehr, et le contrat court jusqu'en 2021.

 

G pour Gachin

C'est une mine d'uranium. Les grandes puissances veulent pouvoir garder un oeil sur les mines pour s'assurer que l'uranium n'est pas transporté dans des sites secrets d'enrichissement.

 

H pour HEU

Environ une tonne d'uranium faiblement enrichi (LEU) est nécessaire pour fabriquer assez d'uranium hautement enrichi (HEU) pour une bombe. L'Iran dispose actuellement de 8000 tonnes de LEU.

 

I pour Inspections

L'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA)est chargée de contrôler les activités nucléaires de l'Iran et procède à des inspections. Si un accord était conclu, elle serait l'un des principaux organismes de contrôle du respect des engagements pris.

 

J pour JPOA

L'abréviation en anglais du Joint Plan of Action, l'accord intérimaire conclu en novembre 2013 aux termes duquel l'Iran a gelé certaines activités de son programme nucléaire en échange de l'assouplissement de certaines sanctions.

 

K pour Khan

Du nom du scientifique nucléaire pakistanais Abdoul Qadir Khan, dont on pense qu'il a partagé certaines de ses connaissances avec l'Iran.

 

L pour Légère (eau légère)

Si le réacteur à eau lourde d'Arak est converti en un réacteur à eau légère, cela réduira significativement la quantité de plutonium qui peut être produite.

 

M pour Missiles

Les grandes puissances veulent que le programme balistique iranien soit inclus dans tout accord, mais l'Iran s'y refuse.

 

N pour Natanz

C'est la principale installation d'enrichissement iranienne, avec quelque 17.000 centrifugeuses IR-1 de la première génération, un millier de IR-2M plus rapides et une capacité d'en accueillir au total 50.000.

 

O pour Oman

C'est à Oman que l'Iran et les Etats-Unis ont eu des discussions secrètes à partir de 2012, qui ont abouti à la reprise des négociations internationales en septembre 2013.

 

P pour P5+1

Le groupe des six puissances qui négocient avec l'Iran: Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France, Allemagne. Toutes, à l'exception de l'Allemagne, sont des puissances nucléaires.

 

Q pour Qom

Le deuxième site d'enrichissement iranien est Fordo, près de la ville sainte de Qom. Le site est sous une montagne, protégé de toute éventuelle frappe militaire.

 

R pour Recherche et Développement

Le 5+1 veut de strictes limitations, voire l'arrêt complet, du programme iranien de recherche et développement visant à fabriquer des centrifugeuses plus puissantes et plus rapides.

 

S pour SWU

Separative Work Units: une mesure de l'efficacité des centrifugeuses

 

T pour TRR

Le réacteur de recherche de Téhéran (TRR), fourni à l'origine par les Etats-Unis, à usage médical.

 

U pour UF6

Hexafluorure d'uranium, la forme gazeuse de l'uranium avant enrichissement

 

X pour Xenon

Elément chimique pouvant être utilisé pour tester des centrifugeuses.

 

Y pour Yellowcake

Le yellowcake est un concentré d'uranium. C'est une poudre grossière qui n'est pas soluble dans l'eau.

 

Z pour Zirconium

Elément utilisé pour gainer les barres de carburant dans un réacteur

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles