Dr Yusof Basiron : "L'huile de palme malaisienne est produite de manière responsable"

Le Dr Yusof Basiron. [MPOC]

Démonter les mythes qui circulent, telle est la mission que s’est fixée le Conseil malaisien de l’huile de palme (MPOC). Cette organisation qui regroupe les producteurs du pays – un des plus gros exportateurs au monde – a lancé une campagne afin de rétablir la vérité sur ce produit utilisé dans de nombreux secteurs. Selon Yusof Basi­ron, son directeur exécutif, il est important de faire savoir qu’une culture responsable de l’huile de palme existe.

 

 
En quoi consiste cette campagne que vous lancez ? 
 
Nous lançons une campagne d’information et un site internet (huiledepalmedemalaisie.info) pour faire savoir que l’huile de palme malaisienne est produite de la manière la plus responsable qui soit. Nous souhaitons être totalement transparents, afin que les consommateurs puissent se faire leur propre opinion sur le sujet. 
 
Que répondez-vous à ceux qui tiennent l’huile de palme pour responsable de la déforestation ?
 
Notre utilisation de l’espace pour sa culture est très limitée. 62 % de la Malaisie est recouverte de forêts, et l’huile de palme représente 15 % du territoire. Nous nous sommes engagés, avec le gouvernement, à ce que la surface totale de la Malaisie soit recouverte par au moins 50 % de forêts. De plus, un tel produit bénéficie aux petits producteurs, qui accèdent ainsi à la classe moyenne rurale.
 
Comprenez-vous les critiques sur son impact supposé sur la santé ? 
 
Il y a bien sûr beaucoup de mythes. Toutes les recherches menées sur l’huile de palme ces dernières années ont montré que celle-ci est nutritionnellement tout à fait acceptable : elle comporte ainsi 50 % d’acides gras saturés, soit 10 % de moins que dans le beurre. 

Vous aimerez aussi

Drame Malaisie : une adolescente se suicide après avoir posté un sondage sur Instagram
La Vietnamienne Doan Thi Huong à Kuala Lumpur, le 1er avril 2019 [Mohd RASFAN / AFP/Archives]
Justice Libération de la Vietnamienne détenue pour la mort du demi-frère de Kim Jong-un
Siti Aisyah est libre de retourner dans son pays, l'Indonésie.
Corée du Nord Assassinat du demi-frère de Kim Jong-un : une suspecte libérée

Ailleurs sur le web

Derniers articles