Climat : Bernie Sanders s’emporte contre le ministre de l’environnement de Trump

L'ex-candidat à l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine Bernie Sanders a perdu son sang froid lors de l'audience de confirmation du futur ministre de l'environnement américain de Donald Trump.

Le sénateur américain avait déjà été clair durant sa campagne pour les primaires démocrates : le réchauffement climatique est une réalité et il faut s'en occuper rapidement. La défaite de son parti face à Donald Trump n'a en rien entamé son engagement envers la planète, comme il l'a démontré mercredi 18 janvier, lors de l'audience de confirmation de Scott Pruitt, nommé par le futur président des États-Unis à la tête de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA).

Un défenseur des énergies fossiles

Si Scott Pruitt agace tant Bernie Sanders, c'est principalement à cause de sa position envers le changement climatique. L'homme que Donald Trump a nommé pour défendre l'environnement et réglementer le secteur industriel américain est un ancien ministre de la Justice de l'Oklahoma, dont le principal combat a été celui qu'il a mené contre l'EPA, l'agence dont il prend aujourd'hui les rênes.

A lire aussi : Donald Trump nomme un ami des pétroliers à l'environnement

L'échange a mal débuté, dès lors que le futur ministre a refusé d'affirmer que l'activité humaine était la raison principale du réchauffement climatique. «97% des scientifiques (...) estiment que l'activité humaine est la raison fondamentale du réchauffement climatique. Vous n'êtes pas d'accord avec cela ?» a rétorqué le sénateur du Vermont.

Bien que le débat entre les deux politiciens ait commencé sur de simples faits, Bernie Sanders s'est rapidement emporté face aux idées climatosceptiques de son interlocuteur. Par trois fois, il lui coupe la parole avant de lui poser une question simple : «Pourquoi le climat est-il en train de changer ?». Le futur ministre a jugé bon de déclarer que son «opinion n'était pas pertinente».

«Si c'est le genre de ministre de l'environnement que vous serez, vous n'aurez pas mon vote»

Bernie Sanders a ensuite confronté le politicien sur les nombreux tremblements de terre qu'a subi dernièrement l'État de l'Oklahoma. «Les scientifiques de l'Oklahoma disent tous qu'il est probablement certain que cet état subisse de plus en plus de tremblements de terre à des risques plus haut (...) et que la cause de tout cela est la fracturation hydraulique.»

A lire aussi : Climat : la menace Trump

Cette pratique, qui consiste à injecter sous très haute pression un fluide pour fissurer la roche, est en effet connue pour être la cause de nombreux petits tremblements de terre, comme c'est le cas au Canada. Scott Pruit n'a fait par que de son «inquiétude» face au sujet, ce qui a engendré la conclusion du réquisitoire de Bernie Sanders : «Votre état subit un nombre record de tremblements de terre, et vous n'avez pas fait part de votre intérêt. Si c'est le genre de ministre de l'environnement que vous serez, vous n'aurez pas mon vote».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles