Des scientifiques affirment avoir transformé de l’hydrogène en métal

Cet hydrogène serait le carburant le plus puissant pour les fusées.[JOE KLAMAR / AFP]

Des scientifiques d’Harvard affirment avoir créé le premier hydrogène métallique. Une découverte révolutionnaire après quatre-vingt ans de recherche sur le sujet, qui pourrait bien ouvrir des possibilités nouvelles dans le domaine des transports et de la conquête spatiale.

Pour créer cet hydrogène métallique, les chercheurs ont comprimé un petit échantillon d’hydrogène à une pression de 495 giga pascals, soit environ 35.500 tonnes par mètres carrés. Une telle pression est supérieure à celle exercée au centre de la Terre. C’est grâce à ces pressions extrêmes que l’hydrogène moléculaire solide commence à se fractionner, les molécules dissociées se transformant ainsi en un hydrogène atomique qui prend la forme d’un métal.

A lire aussi : Vidéo : les parents pourront découvrir leur futur bébé en réalité virtuelle

Et cette forme d’hydrogène métallique promet de belles promesses, grâce à ses capacités conductrices. Selon les chercheurs : «On perd presque 15 % de l’énergie pendant la transmission et donc, si vous pouviez créer des câbles en hydrogène métallique et les utiliser dans un réseau électrique, alors cela pourrait changer radicalement notre consommation de l’énergie». Il deviendrait alors l’un des matériaux les plus précieux de la Terre. Mais pour espérer une telle avancée, cet hydrogène métallique doit être stable et survivre dans cet état en dehors des pressions.

Espace, Transports, Energie, etc.

Les emplois pratiques de ce super-matériau sont nombreux. Dans les domaines des transports, il pourrait permettre de créer, par exemple, des trains à haute vitesse qui utilisent la lévitation magnétique. Il va dans tous les cas améliorer considérablement les voitures et les appareils électroniques. L’hydrogène métallique serait aussi très utile pour la production et le stockage de l’énergie.

A lire aussi : Une base secrète nazie découverte dans l’Arctique

Cet hydrogène pourrait aussi permettre une avancée au niveau spatial. Cet hydrogène serait le carburant le plus puissant pour les fusées. Il permettrait ainsi de propulser des charges beaucoup plus lourdes, renforçant la capacité des équipements des fusées et permettant une exploration spatiale plus vaste.

La communauté scientifique sceptique

Dès la publication de ce papier, une partie de la communauté scientifique s’est cependant montrée sceptique. Parmi les critiques, certains avancent que le matériau brillant analysé comme du métal pourrait en fait être de l’alumine. D’autres affirment que les auteurs ont surestimé la pression à cause d’une mesure imprécise. N’ayant pour l’instant réalisé qu’une seule mesure, d’autres résultats sont attendus pour confirmer ce qui pourrait s'avérer être une découverte majeure.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles