Natation : Agnel à la trappe, le 4x100 m sous pression

Florent Manaudou (gauche) et le Britannique Benjamin Proud lors du 50 m papillon le 18 août à Berlin  [Damien Meyer / AFP] Florent Manaudou (gauche) et le Britannique Benjamin Proud lors du 50 m papillon le 18 août à Berlin [Damien Meyer / AFP]

Yannick Agnel a bien mal débuté les Championnats d'Europe de natation en se faisant sortir en séries du 400 m libre, lundi à Berlin, où le relais 4x100 m libre sera l'unique chance de médaille pour cette première journée.

 

Champion olympique et du monde sur 200 m libre, Agnel a renoué sans succès avec le 400 m libre, le premier grand titre de sa carrière en 2010 aux Euros de Budapest. Il a terminé 11e des séries (3:50.81), remportées par le Britannique Stephen Milne (3:48.62).

Agnel, qui s'entraîne depuis plus d'un an aux Etats-Unis (Baltimore) avec Bob Bowman pour qui il a repris le 400 m, s'est dit en manque d'énergie sur une course bien laborieuse.

"J’étais assez lourd, assez fatigué sur cette course. Ca fait longtemps que je n’en ai pas nagé à ce niveau, je ne me suis pas entraîné véritablement pour cette course", a-t-il argué.

C'est un coup dur pour les Bleus, arrivés amoindris à Berlin et qui comptent grandement sur Agnel pour glaner des médailles.

Reste le 4x100 m libre, champion olympique, du monde et d'Europe en titre.

Mehdy Metella, Clément Mignon, Grégory Mallet et Fabien Gilot ont assuré la qualification pour la finale (4es des séries, 3:16.24), à deux secondes des Russes (1ers, 3:14.17).

"Les Russes ? On leur a mis un coup de tête. Non, on ne fait pas de foot", a plaisanté Mallet. "Ils sont plus stressés que nous car ils ont à cœur de gagner un relais depuis Budapest (2010). Ils ont la pression, nous aussi on l’aura".

En finale, peuvent nager Agnel mais Florent Manaudou, qualifié pour les demies sur 50 m papillon (2e des séries, 23.06), et Jérémy Stravius, qualifié pour les demies sur 100 m dos (2e des séries 54.14).

"Yannick n'a pas été très fort ce matin sur le 400 m. Si je le fais je vais tout donner, sinon je serai à fond derrière mes coéquipiers", a promis Manaudou, tout comme Stravius, qui "ne demande que ça".

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles