Vers la fin du Choco BN ?

«Le goûter préféré des enfants» est en danger [FRANK PERRY / AFP]

Mauvaise nouvelle pour les férus de Choco BN. Retirés de la vente chez Carrefour, les célèbres biscuits fourrés âgés de 86 ans vivent peut-être leurs dernières heures dans nos rayons.

«Nous n'arrivons plus à les vendre. Nous leur avons demandé de trouver des solutions pour innover, séduire le consommateur, nous leur avons laissé du temps, mais rien n'avance, ils sont trop passifs», a expliqué le distributeur. 

A l'usine de la Biscuiterie nantaise de Vertou (Loire-Atlantique), les salariés sont de plus en plus inquiets quant à leur avenir. 

«Aujourd'hui c'est Carrefour, demain, ça sera peut-être d'autres grandes surfaces, Leclerc, Auchan...», regrette Mickaël Villeneuve, élu CGT et ouvrier de production dans l'usine. 

L'impact de la loi Egalim 

Promulgée le 1er novembre 2018, la loi Egalim se veut relativement stricte en matière de promotions. Une décision qui a eu des effets directs sur les gâteaux de la Biscuiterie nantaise, souvent proposés à la vente en deux paquets pour le prix d'un. 

Interrogé par le Parisien, Jérémy Germain, le délégué syndical CGT, appelle à faire évoluer «l'usine qui vieillit». «Il faut changer de stratégie. Cessez les gros volumes et produire pleins de gâteaux BN différents [...] Il y a des générations entières qui ont été élevées avec ce produit. Maintenant, je ne sais pas si les futures générations auront cette chance-là». 

L'usine de Vertou fournit depuis des années 4000 tonnes de Choco BN par an. Un chiffre en constante baisse. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles