60 Millions de consommateurs va lancer son appli pour scanner les produits

L'appli est attendue pour le 2e semestre 2020. [© 60 Millions de consommateurs]

Après Yuka et Too Good to go, une nouvelle application de scan de produits de consommation va débarquer dans les supermarchés l’an prochain. Le magazine 60 Millions de consommateurs planche en ce moment sur un projet qui sera opérationnel au 2e semestre 2020.

Cet outil s’inscrit dans la suite logique du travail de 60 Millions de consommateurs, qui analyse depuis des dizaines d’années les produits de la vie quotidienne des Français.

En un clin d’œil, le consommateur pourra savoir s’il peut acheter les yeux fermés un produit. Un code couleurs, du vert au rouge, ainsi qu’une notation allant de A à E, le guidera dans son achat en le renseignant sur le degré de toxicité, à la fois pour lui-même, mais aussi pour l’environnement. La notation se fera à partir de l’énorme base de données qu’a rassemblé la rédaction au fil des ans et qu’elle continue de mettre à jour.

A l’inverse de ses concurrents, l’appli 60 millions sera «trois en un». C’est-à-dire qu’elle couvrira aussi bien les produits alimentaires et cosmétiques que les produits d’entretien de la maison.

copie_de_mon_assistant_conso_inc60_octobre_2019_5dadc2e0671c8.jpg

«Sur ce segment, il y a beaucoup de progrès à faire sur l’étiquetage», explique Sylvie Metzelard, rédactrice en chef de 60 Millions de consommateurs. «A l’inverse des produits de beauté, une même substance peut avoir 24 noms différents. Aujourd’hui je me demande qui est vraiment en capacité de les lire et de les déchiffrer».

A la différence de la concurrence, cette future appli ne fera pas de suggestion face à une mauvaise notation. « Je m’interroge toujours sur les suggestions. Qui renseigne ce genre de donnée et sur quel critère ?», se questionne Sylvie Metzelard.

L’appli sera entièrement gratuite. Afin d'assurer son développement, une campagne de financement participatif a été lancée début octobre pour rassembler des fonds. L’objectif est de réunir dans un premier temps 30.000 euros.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles