Le TFC rêve de s'extraire du ventre mou du championnat

Wissam Ben Yedder célèbre son but avec ses équipiers de Toulouse lors d'un match de L1 contre Valenciennes, le 17 mai 2014 à Toulouse. [Rémy Gabalda / AFP] Wissam Ben Yedder célèbre son but avec ses équipiers de Toulouse lors d'un match de L1 contre Valenciennes, le 17 mai 2014 à Toulouse. [Rémy Gabalda / AFP]

Le Toulouse FC, qui a couvert ses arrières durant le mercato pour pallier le départ de Serge Aurier, rêve de s'extraire du ventre mou de la L1 où il est ancré depuis cinq saisons, et de jouer les trouble-fêtes en haut de tableau.

Neuvième la saison passée, le club de la ville rose reste face à la même équation économique: "nos moyens ne sont pas extensibles" mais "plutôt en réduction" avec un budget devant "atteindre son point bas cette année autour de 31-32 millions d'euros" contre 33 la saison passée, expliquait début juillet son président Olivier Sadran.

Les Violets n'ont donc d'autre choix que de "rester de bons vendeurs" et de "garder cette capacité à fabriquer de bons joueurs", ajoutait-il.

L'Ivoirien prêté par Toulouse à Paris Serge Aurier lors de la remise de la cérémonie des trophées UNFP, sous les yeux de son futur coéquipier suédois Zlatan Ibrahimovic, le 11 mai 2014. [Franck Fife / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
L'Ivoirien prêté par Toulouse à Paris Serge Aurier lors de la remise de la cérémonie des trophées UNFP, sous les yeux de son futur coéquipier suédois Zlatan Ibrahimovic, le 11 mai 2014.

Orphelin de l'international ivoirien Serge Aurier, prêté la semaine dernière au PSG pour un an avec option d'achat pour une somme estimée à 10 millions d'euros, le TFC, qui avait déjà recruté le défenseur international roumain Dragos Grigore en juin, a mis les bouchées doubles sur le marché des transferts ces derniers jours pour encore renforcer sa défense. Mais sans flamber.

Cherchant des joueurs capables de jouer les "pistons" dans le 3-5-2 d'Alain Casanova, le club a signé Marcel Tisserand, prêté un an par l'AS Monaco, et le brésilien William Da Silva Matheus, en contrat pour quatre ans.

Fort de cette défense renforcée, le TFC s'est fixé pour objectif, au delà du maintien, de "pérenniser le club dans la première moitié de tableau" et, bonus, "d'essayer de remporter une coupe nationale", dixit Alain Casanova.

- Ben Yedder peut-il encore confirmer ? -

Le Toulousain Wissam Ben Yedder dans un duel avec le joueur de Valenciennes Kenny Lala, lors d'un match de L1 à Toulouse, le 17 mai 2014. [Rémy Gabalda / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Le Toulousain Wissam Ben Yedder dans un duel avec le joueur de Valenciennes Kenny Lala, lors d'un match de L1 à Toulouse, le 17 mai 2014.

Les joueurs, eux, se rêvent un avenir plus radieux. "Nous, on vise plus. On travaille pour ça. L'Europe ? Pourquoi pas ? Je pense que c’est vraiment possible", espère le défenseur François Moubandjé.

"L'objectif, il est clair, c'est de jouer les premières places (...) Avec de la fougue, de la jeunesse et un petit peu d'expérience, on peut faire quelque chose de bien cette année", abonde Marcel Tisserand.

Devant, Wissam Ben Yedder - épaulé par l'international danois Martin Braithwaite ou le jeune serbe Aleksandar Pesic, précédé d'une flatteuse réputation à son arrivée cet été - devra confirmer qu'il est en mesure d'enchaîner une troisième saison consécutive à quinze buts ou plus. Il en a inscrit quatre durant les six matches de préparation effectués jusqu'à présent (2 victoires, 3 nuls, 1 défaite).

"C’est encore la saison de la confirmation pour lui. C’est un garçon qui a un super potentiel et qui a pris conscience de ses qualités. Il mettra encore 20 buts cette saison", pense Alain Casanova.

Premiers éléments de réponse le 9 août face à Nice.

Vous aimerez aussi

Les monuments de Paris font honneur aux Bleus
Coupe du Monde 2018 Les monuments de Paris rendent hommage aux Bleus
Football Coupe du monde 2018 : l'avion des Bleus attendu lundi à 13h55 à l'aéroport de Roissy
L'équipe de France a remporté son deuxième titre de champion du monde au terme de la cinquième finale du football français en vingt ans.
Football Et une, et deux étoiles !, par Pierre Ménès

Ailleurs sur le web

Derniers articles