PSG - OM : focus sur les défenses

Le défenseur du PSG Thiago Silva, lors d'un match de Ligue 1 à domicile contre Sochaux, le 7 décembre 2013 [Franck Fife / AFP/Archives]

Le clasico PSG-OM est aussi un match à distance entre les deux références de la L1 au poste de défenseur central, le Parisien Thiago Silva, à peine remis de blessure et d'un Mondial terrible, et le Marseillais Nicolas Nkoulou, revenu cette saison à son meilleur niveau. 

 

Thiago Silva: le "Monstre" fait-il encore peur?  

Le clasico tombe à point nommé pour Thiago Silva. Quatre mois après un Mondial désastreux, le défenseur et capitaine brésilien dispute le premier grand choc de sa saison, jusqu'ici tronquée par une blessure à la cuisse qui l'a éloigné des terrains durant plus de deux mois.

Depuis son retour, le 21 octobre à Nicosie en Ligue des champions, "O Monstro" (30 ans) retrouve petit à petit ses sensations. "Je me sens très bien, mais pas encore à 100% physiquement", a-t-il déclaré mardi à la veille d'affronter de nouveau l'Apoël Nicosie en C1 au Parc des Princes.

Sans être encore redevenu ce joueur souverain longtemps qualifié de "meilleur défenseur du monde", Silva monte donc tranquillement en puissance aux côtés de David Luiz avec qui il forme la charnière centrale la plus chère de l'histoire (plus de 90 millions d'euros). Les deux joueurs n'ont d'ailleurs toujours pas encaissé de but en trois associations cette saison, toutes compétitions confondues.

Est-ce à dire que ses déboires de la Coupe du monde sont désormais un lointain souvenir? Pas sûr. Cette image terrible le montrant isolé, prostré et en larmes avant la séance de tirs au but du huitièmes de finale contre le Chili lui collera éternellement à la peau.

"Ces scènes de pleurs ont choqué beaucoup de monde, a ainsi asséné Dunga en prenant les rênes de la Seleçao. Je sais qu'on va trouver ça sexiste, mais ça n'a pas de place dans le football. Même si je respecte tout le monde, j'estime que les hommes, ça ne pleure pas dans ces moments-là."

Résultat: le champion du monde 1994 a beau avoir rappelé Thiago Silva en équipe nationale pour affronter la Turquie et l'Autriche en amical, les 12 et 18 novembre, il ne compte pas lui redonner le brassard, confié entre-temps à Neymar. Un terrible désaveu.

 

Nkoulou, le réveil du Lion

Nicolas Nkoulou, 24 ans, dispute sa quatrième saison à Marseille. Après un dernier exercice en demi-teinte, ponctué par une Coupe du monde ratée avec le Cameroun, le défenseur marseillais a retrouvé son meilleur niveau, que ce soit dans un système à trois ou à quatre derrière, où il assure le rôle de patron.

Est-ce l’effet Bielsa? "Certainement, il y est pour beaucoup", a assuré vendredi Nkoulou qui a même inscrit deux buts en douze matches de L1 cette saison, dont le dernier dimanche contre Lens. Une réalisation dédiée à son père décédé en juillet. "L'état de forme du groupe me permet de mieux m'exprimer", a-t-il expliqué sobrement. 

Seul bémol, le Camerounais évolue depuis plusieurs matches avec un strapping sur le genou. "J'ai une gêne au genou. J'aurais aimé stopper mais je ne pense pas que ce soit le moment. Cela pourrait être une inflammation mais je ne suis pas médecin", a-t-il indiqué.

Quelle que soit la douleur, il devra serrer les dents pour un rendez-vous au sommet qui pourrait lui faire croiser la route de Zlatan Ibrahimovic, en passe d'effectuer son retour depuis sa blessure au talon le 21 septembre.

"On ne fait pas forcément attention à lui, Paris a beaucoup beaucoup de bons joueurs, a-t-il toutefois relativisé. Il faut défendre, tout simplement. Il a des qualités énormes, il est difficile de les énumérer, mais il faut défendre."

Et comment envisage-t-il ses retrouvailles avec la paire Silva-Luiz, croisée au Brésil au premier tour (4-1)? "Ce sont de très grands joueurs, ils font partie des meilleurs dans le monde, mais c'est le foot, on ne regarde pas qui on a en face, j'ai confiance dans notre attaque, j'espère qu'on marquera plus qu'un but."

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles