Ligue 1 : les arbitres en ligne de mire

Carton rouge. Illustration. [MYCHELE DANIAU / AFP]
Après la rencontre PSG-OM de dimanche (2-0) et le carton rouge attribué injustement à Giannelli Imbula, les arbitres sont une nouvelle fois dans la tourmente.
 
 
 
Les arbitres sont de nouveau dans le collimateur. Après avoir expulsé le Marseillais Giannelli Imbula, dimanche face au PSG (2-0), Clément Turpin a expliqué, le lendemain, que le Marseillais «n’aurait pas dû être exclu».
 
L’arbitre a "rédigé un rapport en ce sens à la commission de discipline de la LFP". Ainsi, l’Olympien, dont les images démontrent qu’il n’avait pas touché Yohan Cabaye, pourrait voir son carton rouge annulé demain lors de la commission hebdomadaire de discipline. Ce qui permettrait au club phocéen de le récupérer en vue des rencontres importantes à venir face à Bordeaux et Nantes. 
 
 
Le précédent Lens-PSG
 
Néanmoins, si l’histoire devrait rentrer dans l’ordre après ce mea culpa arbitral, force est de constater que les hommes en noir sont de nouveau la cible de critiques dans le championnat de France.
 
Car depuis le début de la saison, ce n’est pas le premier cas d’arbitrage qui fait parler de lui. Il y a quelques semaines, c’est la rencontre Lens-PSG (3-1) au Stade de France qui était pointé du doigt. Au cours de la rencontre, Nicolas Rainville avait sévèrement expulsé en six minutes deux Lensois mais aussi le Parisien Edinson Cavani pour sa célébration mimant une arme à feu.
 
Ce qui avait notamment valu des excuses de la part de Frédéric Thiriez au président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, et de Lens, Gervais Martel. «Je suis vraiment désolé de ce très mauvais arbitrage», leur avait dit à la fin de la rencontre le président de la LFP.
 
 
Quelles solutions ?
 
Cependant, au lieu de jeter la pierre aux arbitres, il convient de les aider. "La réforme de l’arbitrage ne peut se faire en un jour. Il y a des possibilités de progrès pour chacun d’entre eux", a d’ailleurs expliqué Noël Le Graët, président de la FFF, après Lens-PSG.
 
Thierry Braillard, secrétaire d’Etat chargé des Sports, lui a emboîté le pas en estimant que les instances du football devaient maintenant se poser la question de la professionnalisation des arbitres. Ce qui pourrait être la solution aux maux des hommes en noir ? 
 
 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles