La presse britannique sévère avec Mourinho

La presse britannique sévère avec Mourinho et son "toxic" Chelsea.[IAN KINGTON / AFP]

La presse britannique était très sévère jeudi avec José Mourinho etChelsea, une équipe au comportement toxique qui "ne sera jamais vraiment aimée", au lendemain de son élimination par le Paris SG en Ligue des champions (1-1 et 2-2 a.p.).

 

Le jeu dur et frileux des Londoniens, leur comportement infect à harceler l'arbitre pendant toute la soirée et l'arrogance de leur entraîneur sont fustigés de toutes parts après un match nul qui envoie le PSG en quarts de finale et Chelsea à ses regrets.

"Peu de gens en dehors de Stamford Bridge regretteront leur sortie", écrit Henry Winter dans le Daily Telegraph en parlant même en titre d'une "soirée de déshonneur" pour les Blues.

 

"Les Misérables"

"Les Misérables", titre le Sun qui insiste sur "le flop" de Mourinho qui a reçu "une leçon de français" du PSG. Expert en jeux de mots, le tabloïd tente également un "Eiffel Shower" qui rappelle que les Blues ont été douchés par un club qui porte la tour emblème de Paris sur son maillot.

"Chelsea a eu exactement ce qu'il méritait, c'est-à-dire rien", tranche le journal le plus lu en Grande-Bretagne qui s'inquiète d'un zéro pointé potentiel pour "le plus grand championnat du monde".

 

Vers un zéro pointé anglais ?

Si Arsenal, battu à l'Emirates par Monaco à l'aller (3-1), et Manchester City, dominé par Barcelone à l'Etihad Stadium (2-1), sont éliminés dans une semaine, l'Angleterre n'aura ainsi aucun représentant en quarts de finale.

Plus que le résultat, c'est la manière qui interpelle la presse britannique, déçue par un Chelsea buté et sans idées face à un PSG réduit à dix pendant 90 minutes. "Même en supériorité numérique, Chelsea a été inférieur dans tous les compartiments du jeu pendant presque toute la partie", constate le Times.

La presse insiste sur l'esprit détestable dans lequel c'est déroulé le match, particulièrement "sale" selon The Independent qui "critique les hommes de Mourinho pour avoir influencé l'arbitre".

 

Le responsable, c'est Mourinho

Et, pour elle, le responsable est tout trouvé: José Mourinho, accusé d'avoir pourri les débats avec ses déclarations d'avant-match où il désignait le PSG comme l'équipe la plus agressive qu'il ait vue cette saison.

Les journaux font tous le lien entre les propos de Mourinho avant le match et l'exclusion discutable, dès la 31e minute, du "meilleur joueur parisien" Zlatan Ibrahimovic par un arbitre "conditionné par les propos toxiques" de l'entraîneur portugais, selon le Guardian.

 

"Maître des déceptions"

Les secondes qui ont précédé le carton rouge lorsque neuf joueurs de Chelsea, pas moins, ont encerclé l'arbitre pour réclamer la sanction suprême, déplaisent également fortement à la presse britannique.

"The Bully Boys", titre le Daily Mail, ce qu'on peut traduire par "les brutes intimidantes". "NEUF joueurs de Chelsea harcèlent l'arbitre pour faire en sorte que Zlatan voie rouge", dénonce le quotidien en pages intérieures, évoquant une attitude "déplorable".

Jamie Carragher, ancien défenseur de Liverpool devenu consultant pour Skysport, pointe lui aussi un comportement "honteux" qu'il impute en grande partie à Mourinho. "Ce n'est pas la première fois que ça arrive avec une équipe de Mourinho. C'est pourquoi je pense que ses équipes seront toujours respectées mais jamais vraiment aimées."

"Mourinho a toujours eu la capacité à façonner les événements pour qu'ils aillent dans son sens. Mais il commence aussi à ressembler de plus en plus à un maître des déceptions", écrit Tony Cascarino, ancien joueur de Chelsea et de Marseille, dans sa chronique pour le Times.

Si l'entraîneur portugais en prend pour son grade, les joueurs de Chelsea échappent généralement aux critiques à titre individuel. Certains journaux leur donnent même des notes flatteuses, tel cet étonnant 7 sur 10 accordé par le Times à Diego Costa, pas vraiment à son avantage pourtant.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles