L’Euro 2016 est-il menacé ?

Pour Noël Le Graët et la classe politique française, l’Euro 2016 n’est pas en danger. Pour Noël Le Graët et la classe politique française, l’Euro 2016 n’est pas en danger.[Andre Ferreira / Icon Sport]

A dix semaines du coup d'envoi de la compétition, la menace plane sur l'Euro 2016. Après les attaques terroristes perpétrées, mardi, à Bruxelles, de nouveaux doutes entourent la tenue de la compétition. Si les organisateurs et l'Etat refusent d'envisager une annulation, la sécurité sera maximale, et cette fois, les fan-zones pourraient en faire les frais.

Toutefois, la classe politique a tenu à rassurer le monde du football et les supporters en assurant que l’Euro 2016 aurait bien lieu du 10 juin au 10 juillet prochain en France. «On le répète depuis plusieurs mois, la menace terroriste a été intégrée à nos réflexions depuis le début (…). Annuler ou reporter le championnat d’Europe de football, ce serait donner raison à ces lâches», a indiqué mercredi le secrétaire d’Etat aux Sports Thierry Braillard, au lendemain des attentats à Bruxelles.

A lire aussi : Equipe de France : Dimitri Payet abat sa dernière carte

«Dans ces moments-là, il ne faut pas ajouter de la peur à la peur. On ne peut pas faire mieux en termes de sécurité pour l’Euro», a poursuivi Thierry Braillard, qui faisait notamment suite aux propos du président de la Fédération française de football mardi. «Il n’y a jamais de risque zéro, mais en tout cas il y a une volonté ferme de l’État, de la fédération et de l’UEFA, des organisateurs de recevoir de façon très agréable et sans risque les deux millions de personnes qui se rendront en France à cette occasion», avait estimé Noël Le Graët.

Mercredi, le Premier ministre Manuel Valls a, de son côté, écarté toute annulation de la compétition. «Ca serait une défaite, ça serait donner une victoire aux terroristes. Il faut ces manifestations sportives. La condition, c’est qu’elles puissent se tenir dans les meilleures conditions», a-t-il souligné sur les ondes d’Europe 1 tout en prenant exemple sur la bonne tenue de la Cop21, qui avait accueilli le monde entier fin 2015.

Les fan-zones ultra sécurisées

La question du huis clos a également été évoquée afin de garantir une sécurité maximale. Mais l’idée a rapidement été effacée. «Nous sommes confiants dans le fait que toutes les mesures de sécurité seront prises pour organiser un Euro sûr et festif et de ce fait il n’est pas prévu de disputer des matchs à huis clos», a indiqué mercredi Pedro Pinto, porte-parole de l’UEFA. «Il n’y a pas de situation structurelle qui fasse que (l’UEFA) pense à disputer l’Euro à huis clos. L’UEFA veut jouer, les matchs de foot sans supporters ne sont pas de vrais matchs de foot», a indiqué Giancarlo Abete, vice-président de l’UEFA dans un entretien accordé à la Gazzetta dello Sport.

Afin que tout se passe bien, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait réaffirmé mardi que le dispositif de sécurité autour de l’Euro sera sans précédent. Les fans-zones, où se regroupent les supporters en dehors des matchs ou pour visionner les rencontres, seront sous haute vigilance. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles