Football : les dirigeants de Belenenses se chamaillent, les joueurs contraints de prendre des douches froides

Belenenses est 11e du championnat de première division portugaise.[JOSE MANUEL RIBEIRO / AFP]

Douches à l’eau froide, vestiaires plongés dans le noir, tribunes sans sièges… Voici quelques unes des avanies subies par les joueurs d’un club professionnel de Lisbonne cette semaine.

L’équipe de Belenenses, 11e du championnat de première division portugaise, ne joue pas de malchance. Non, elle subit le conflit qui oppose la direction du club… à son principal actionnaire.

Il est question de gros sous et les deux parties se rejettent la faute. Selon le président du club, il existerait une dette de 500 000 euros du principal actionnaire envers le club, dont 121 000 euros de dépenses énergétiques. «Nous ne sommes pas une banque au service des actionnaires. Cette dette traîne depuis juin 2013», peste ainsi le président Patrick Morais de Carvalho.

Rui Pedro Soares, à la tête de Codecity, entreprise de gestion sportive et actionnaire principal du Belenenses depuis 2012, conteste lui les sommes citées par le président du club et accuse à son tour le club de devoir plus de 573 000 euros à Codecity.

Les désaccords entre les deux camps ont atteint des sommets le 31 mars lorsque la direction du club a coupé l'électricité et le gaz dans le stade du Restelo. Cette coupure, qui a duré plusieurs heures, a obligé les joueurs de l'équipe principale à se doucher sans eau chaude et se repérer grâce à leurs smartphones dans des vestiaires sans lumière. 

A lire aussi : Il n'a pas pris de douche depuis 12 ans et se vaporise avec un spray

Une demande de médiation auprès du Centre d'Arbitrage Commercial (CAC) de Lisbonne a été déposée.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles