Euro 2016 : Tout savoir sur Anthony Martial, l'espoir offensif des Bleus

Anthony Martial, lors du match amical entre la France et la Russie, le 29 mars 2016. [Nolwenn Le Gouic / Icon Sport]

Retour sur le parcours d’Anthony Martial. Un parcours qui prend sa source aux Ulis, une ville de banlieue parisienne qui a aussi vu les débuts de deux autres internationaux Français, Patrice Evra et Thierry Henry. 

"Voilà, c'est juste là qu'il habitait, Anthony Martial". Gaye Niakaté a désormais l'habitude de faire visiter Les Ulis, cette commune de région parisienne qui a assisté aux débuts du discret phénomène français. "Une fois c'étaient des journalistes anglais, j'ai dû passer le téléphone trois fois à ma femme (qui parle cette langue)!", se marre ce père de famille de 36 ans, qui travaille à la mairie des Ulis, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Paris. 

A lire aussi : Euro 2016 : Tout savoir sur André-Pierre Gignac, le joker de la France

"Jeux de ballons interdits"

L'ancien immeuble des Martial, donc. Barrée d'un panneau "Jeux de ballons interdits", la tour Janvier compte une dizaine d’étages, dans le quartier des Bergères. "Une résidence tranquille", très verte et toute proche du centre ville, de la mairie et du stade Jean-Marc-Salinier.

"Ca fait longtemps qu'on entend parler de 'Toto'", raconte Gaye Niakaté. "Du genre: ‘Tiens il a marqué sept, huit, neuf buts sur un match’. Ce n'est pas courant quand même!" Son frère, Mahamadou Niakaté, directeur sportif adjoint du club omnisport des Ulis, complète: "Il a été surclassé à tous les âges, il était vraiment très précoce, au-dessus de tous les autres."

Lyon, Monaco, Manchester

Licencié au CO Les Ulis de 2001 à 2009, Martial a ensuite continué sa progression fulgurante. Recruté par Lyon, transféré à Monaco, l'imperturbable attaquant tape à 19 ans dans l'œil de Manchester United lors de l'été 2015, après à peine une cinquantaine de matches de première division française, à Monaco (11 buts).

"Je ne vais pas vous dire que je m'attendais à ce qu'il aille aussi vite dans un tel club, mais je n'ai pas tellement été surpris, je savais qu'il allait faire une belle carrière", assure Mahamadou Niakaté, assis sur la banquette du club house du CO Les Ulis, où trône une collection de maillots des anciens du club les plus prestigieux.

"Exemple de réussite"

Celui de Martial y figure évidemment en bonne place. "C'est une grande fierté pour Les Ulis, un exemple de réussite pour les jeunes, pas seulement dans le football d'ailleurs", se réjouit la maire, Françoise Marhuenda. "Cela représente des valeurs comme le respect, le fair-play, le dépassement de soi et véhicule une image positive de la ville."

D'autant que le jeune homme est resté attaché aux Ulis. Il n'a pas hésité quand Gaye Niakaté lui a proposé de "coacher" des équipes de jeunes le temps d'une soirée de gala le 23 mai, à quelques semaines de l'Euro. Il n'était pourtant pas la tête d'affiche: "Il est jeune, il a encore une longue carrière devant lui tandis que, même s'il n'aime pas que je le dise, Patrice Evra est quand même un peu plus proche de la retraite!"

A lire aussi : Tout savoir sur Grégoire Margotton, la nouvelle voix des Bleus pour l'Euro 2016

Une pépinière

C'est ce qui rend exceptionnelle cette commune de 25.000 habitants: elle aura deux représentants à l'Euro. "Il y aurait même pu en avoir un troisième si Thierry Henry (38 ans, ndlr) était un peu plus jeune", s'exclame l'ami d'enfance du joueur de la Juventus Turin. Henry, Evra, Martial, sacrée brochette! "Comment ça s'explique? Ah, ça, c'est la grande question!", sourit Mahamadou Niakaté. "Déjà, on a une ville avec des terrains partout, et puis je pense qu'il faut parler de la qualité des éducateurs, du côté familial du club. Chacun apporte sa pierre à l'édifice, et tout le monde connaît tout le monde, les entraîneurs, les parents, les joueurs..."

"Des garçons qui sont déjà vraiment au-dessus du lot"

"Après, pour Anthony ou Patrice, ce sont des garçons qui sont déjà vraiment au-dessus du lot", tempère-t-il. "Mais la relation d'honnêteté qu'on a avec les parents fait qu'il y a un climat de confiance qui, peut-être, les dissuade d'aller voir ailleurs."

C'est ce qui s'est passé pour Anthony Martial: "Nous lui avions fait signer un accord de non sollicitation (option pour intégrer le centre de formation, ndlr)", explique à l'AFP Gérard Bonneau, chargé du recrutement à Lyon. "Il était jeune et nous l'avions laissé un an de plus aux Ulis avec un suivi particulier, notamment scolaire." "Il bénéficie d'un environnement familial extraordinaire", poursuit Bonneau, qui se souvient de parents "plus dans l'affectif qu'à regarder la future carrière éventuelle". "Ils voulaient que leur fils soit bien", assure-t-il.

A lire aussi : Passer la nuit dans la tour Eiffel pendant l'Euro 2016, c’est possible

"Discipline stricte"

Petit dernier de la famille, il a aussi bénéficié de l'expérience de ses frères aînés, Johann, également professionnel et qui évoluait cette saison au poste de défenseur à Troyes (relégué en 2e division), et Dorian, capitaine de l'équipe première des Ulis en championnat régional. "Quand il était petit, il avait un sacré caractère, il y avait pas mal d'embrouilles entre nous", se rappelle ce dernier depuis le bord du terrain. "Mais nos parents étaient derrière nous avec leur discipline stricte." 

"Il a toujours été attendu depuis tout petit", expose encore Dorian Martial. "Mais on sait qu'il a la tête sur les épaules, et de toute façon, mon père et nous-mêmes on est derrière lui pour lui rappeler." Quant aux Ulissiens, ils seront là pour l'acclamer.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles