Roselyne Bachelot : "une pensée pour celles qui souffrent"

Roselyne Bachelot : "une pensée pour celles qui souffrent" Roselyne Bachelot. [JOEL SAGET / AFP]

Quel a été votre message il y a dix jours devant la Commission de la femme à l’ONU ?

Comme l’an dernier, la France est intervenue pour promouvoir la culture de l’égalité et le refus de tout relativisme culturel ou cultuel. Quelle meilleure enceinte que les Nations unies pour porter ces messages ! C’était aussi l’occasion d’être au côté des ONG françaises.

En quoi les bouleversements des pays arabes sont-ils une chance pour les femmes ?

Nous savons le rôle majeur que les femmes ont eu dans ce que l’on a appelé le «printemps arabe». Il est important qu’elles continuent de jouer un rôle moteur en participant activement au processus de transition dans chacun de ces pays. J’ai une pensée particulière pour les femmes syriennes comme pour toutes celles qui souffrent, partout où règnent la guerre, l’oppression et la barbarie. Dans les pays dont parlent les médias comme dans ceux dont personne ne parle.

En France, le combat pour l’égalité passe beaucoup par l’égalité salariale. Est-ce le seul champ d’action ?

Ce n’est pas le seul mais c’est un axe essentiel de notre politique. L’inégalité salariale est le reflet des inégalités de traitement auxquelles les femmes sont confrontées. Je suis déterminée à me battre sur tous les fronts : continuer la lutte contre les violences, mais aussi promouvoir les femmes dans les conseils d’administration et dans la haute fonction publique, leur permettre de mieux concilier leur vie familiale et leur vie professionnelle et combattre certains stéréotypes de genre qui ont la vie dure.

À suivre aussi

Société Pourquoi célèbre-t-on la Journée internationale des droits des femmes le 8 mars ?
littérature 4 livres à lire sur la condition féminine
Théâtre Journée des droits des femmes : le show ravageur de Noémie de Lattre

Ailleurs sur le web

Derniers articles