Bordeaux : un deuxième corps dans la Garonne

Un corps a été repêché mardi dans la Garonne, près de Bordeaux, moins de vingt-quatre heures après la découverte d'un autre cadavre, et alors que les services de police sont mobilisés pour retrouver deux étudiants portés disparus, a-t-on appris auprès du parquet de Bordeaux.[AFP/Archives]

Un corps a été repêché mardi dans la Garonne, près de Bordeaux, moins de vingt-quatre heures après la découverte d'un autre cadavre, et alors que les services de police sont mobilisés pour retrouver deux étudiants portés disparus, a-t-on appris auprès du parquet de Bordeaux.

"Nous avons découvert un autre corps dans la Garonne, sur lequel je n'ai pas d'éléments", a déclaré une porte-parole du parquet à l'AFP.

Cette découverte survient au lendemain du repêchage d'un autre corps, alors que la police enquête encore sur la disparition récente de deux jeunes dans la capitale girondine.

"On a retrouvé un corps, mais ce ne semble pas être celui d'un de ces jeunes gens, il paraît plus ancien", avait déclaré une source proche de l'enquête à l'AFP lundi soir.

Le parquet a pour sa part précisé mardi matin qu'il semblerait "selon les premières constatations que le corps d'hier soir n'est pas celui de Vincent Zecca", le dernier étudiant porté disparu, le 4 mars, après une soirée alcoolisée.

La disparition du jeune homme âgé de 19 ans, surrvenue après celle d'un autre étudiant de 24 ans, Maxime le Bot le 4 février, avait mobilisé les services de police. Ceux-ci privilégient désormais la thèse d'un accident, lié à l'état d'ébriété dans lequel il se trouvait après une soirée festive.

Vous aimerez aussi

Justice Nouvelles mises en examen pour Alexandre Benalla
Les surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe/Alençon, en grève depuis le 6 mars, ont voté mercredi la reprise du travail, qui ne sera effective qu'après une «fouille générale de l'établissement» (photo d'illustration).
Enquête Prison de Condé/Alençon : les surveillants votent la reprise du travail
Crash en Ethiopie : l'analyse des boîtes noires a débuté en France
Enquête Crash en Ethiopie : l'analyse des boîtes noires a débuté en France

Ailleurs sur le web

Derniers articles