Des sans-abri occupent leur centre d'hébergement

Des sans-abri occupaient leur centre d'hébergement mercredi à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) pour dénoncer sa fermeture prévue le 2 avril dans le cadre de la fin du dispositif hivernal, a indiqué l'association Droit au logement (DAL).[AFP/Archives]

Des sans-abri occupaient leur centre d'hébergement mercredi à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis) pour dénoncer sa fermeture prévue le 2 avril dans le cadre de la fin du dispositif hivernal, a indiqué l'association Droit au logement (DAL).

"Depuis 7H30 ce matin, nous occupons le pavillon Alsace, centre d'hébergement ouvert depuis le début de l'hiver, dans l'enceinte de l'hôpital Ville-Evrard à Neuilly-sur-Marne", indique le DAL dans un communiqué. Une cinquantaine de sans-abri dorment dans ce centre, selon cette source.

"Une trentaine de personnes, dont Mgr Gaillot, participent à l'action", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'association Jean-Baptiste Eyraud.

"On demande une ouverture du centre 24 heures sur 24, qu'ils (les sans-abris, NDLR) ne soient pas mis dehors le 2 avril et qu'ils soient orientés pour un relogement", a-t-il expliqué.

Mardi à Paris, quelques centaines de personnes ont manifesté pour dénoncer la fermeture le 31 mars des places supplémentaires d'hébergement d'urgence ouvertes pour les sans-abri pendant la période hivernale.

Au 31 mars, sera fermé comme chaque année le dispositif hivernal qui permet de mobiliser, du 1er novembre au 31 mars, jusqu'à 19.000 places supplémentaires d'hébergement d'urgence pour les SDF en France, en plus des 118.000 places ouvertes toute l'année.

À suivre aussi

La municipalité souhaite durcir la réglementation, afin d'éviter les dérives frauduleuses.
Airbnb Paris : vers un durcissement de la limitation du nombre de nuitées autorisées sur Airbnb ?
La législation européenne jugée trop laxiste par les métropoles touchées par les dérives d'Airbnb.
Logement Airbnb : 15 métropoles s'associent pour demander à l'Europe les moyens de lutter contre la plateforme
Logement Paris : le «double effet Amazon-Airbnb», nouveau phénomène inquiétant pour les petits commerces

Ailleurs sur le web

Derniers articles