Ado tué : des suspects "ordinaires"

Les quatre adolescents mis en examen jeudi pour avoir exécuté froidement leur camarade Alexandre, 17 ans, de deux balles dans la tête dans une forêt de Seine-Maritime, sont issus de familles "ordinaires" aujourd'hui "atterrées", a indiqué vendredi une de leurs avocates.[AFP]

Les quatre adolescents mis en examen jeudi pour avoir exécuté froidement leur camarade Alexandre, 17 ans, de deux balles dans la tête dans une forêt de Seine-Maritime, sont issus de familles "ordinaires" aujourd'hui "atterrées", a indiqué vendredi une de leurs avocates.

Les quatre jeunes Normands, deux paires de frères de 15 et 17 ans, sont issus "de familles ordinaires, respectables, pas déresponsabilisées, avec des parents pas séparés, aimants, des frères et des soeurs, des maisons", a déclaré à l'AFP Me Anne Lavanant, avocate de l'un des benjamins, âgé de 15 ans et demi.

"J'ai de la compassion pour la famille d'Alexandre, mais aussi pour ces familles pour qui plus rien ne sera jamais comme avant. Ce sont des gens qui avaient une vie normale, qui travaillaient, qui ont été à la hauteur. Le ciel leur est tombé sur la tête", a-t-elle ajouté.

Les jeunes mis en examen, qui encourent 20 ans d'emprisonnement, sont aujourd'hui "atterrés, catastrophés, en pleurs", a indiqué l'avocate.

"Les psychologues devront dire ce qui a pu mener à un tel passage à l'acte. Est-ce les images violentes, la TV, les feuilletons, les vidéos, qui les abreuvent de cette violence ?", s'est interrogée Me Lavanant.

"Cela pose de nombreuses questions à notre société. Nous sommes responsables, tous, de ce que deviennent nos enfants. Notre jeunesse est en danger", a-t-elle encore estimé.

L'avocate a souhaité un dénouement judiciaire rapide du dossier. "C'est l'intérêt de tout le monde" et, concernant les mis en examens, "il faut que ces petits sachent à quoi s'en tenir".

Elle a également estimé qu'"il ne faut pas que ce fait-divers soit prétexte à une nouvelle loi contre l'enfant" alors que l'ordonnance de 1945 "vise la protection de l'enfant et non son exclusion".

Selon le procureur de la République à Rouen, Michel Senthille, jeudi, les quatre adolescents ont reconnu avoir attiré leur victime dans un guet-apens dans une forêt près de Beauvoir-en-Lyons (Seine-Maritime) avant de l'exécuter de deux balles dans la tête.

Ils sont été mis en examen pour assassinat et incarcérés.

Vous aimerez aussi

élections présidentielles Mali : un président de bureau de vote tué par des jihadistes présumés
Des journalistes manifestent contre les violences et les meurtres au Mexique, le 1er juin 2018 devant le Palais national à Mexico [Yuri CORTEZ / AFP/Archives]
Meurtre Mexique : un journaliste assassiné près de Cancun
Gard Une enquête ouverte après la découverte du corps d'une femme de 39 ans

Ailleurs sur le web

Derniers articles