Achamlane réfute toute intention terroriste

Mohamed Achamlane, leader de Forsane Alizza, groupe salafiste radical dissous en février, interpellé vendredi avec 16 autres islamistes radicaux en France, réfute "toute intention terroriste" dans un entretien de son avocat au quotidien Presse-Océan publié samed[AFP/Archives]

Mohamed Achamlane, leader de Forsane Alizza, groupe salafiste radical dissous en février, interpellé vendredi avec 16 autres islamistes radicaux en France, réfute "toute intention terroriste" dans un entretien de son avocat au quotidien Presse-Océan publié samedi.

"Mon client réfute fermement avoir jamais participé de près ou de loin à une quelconque entreprise terroriste", a déclaré Me Benoit Poquet au journal Presse-Océan. Il "conteste fermement avoir un quelconque lien avec Mohamed Merah", le tueur au scooter de Montauban et Toulouse, a-t-il ajouté.

Enfin Mohamed Achamlane, interpellé vendredi à son domicile de la commune de Bouguenais, au sud-ouest de Nantes après plus de six heures de perquisition des hommes du Groupe d'intervention de la police nationale (GIPN), "réfute tout amalgame et dénonce la tentative de récupération médiatique et politique, oportunément orchestrée en pleine période électorale", selon son avocat.

Dix-neuf personnes, dont trois femmes, ont été interpellées: cinq en Ile-de-France, quatre dans la région , quatre dans l'agglomération lyonnaise, autant en Provence-Alpes-Côte d'Azur et deux à Toulouse.

Quand il l'avait dissous en février 2012, Claude Guéant avait accusé Forsane Alizza de vouloir former ses sympathisants à la lutte armée, de porter "atteinte aux principes républicains" et de vouloir "le règne de l'islam" en France. Son leader Mohammed Achamlane avait démenti toute dimension violente de son mouvement, surtout adepte des actions spectaculaires.

Sur son site, depuis fermé, le groupuscule affirmait toutefois: "Notre organisation prend de l'ampleur et nous avons besoin de main d'oeuvre fissabililah (ndlr: "sur le chemin d'Allah"). Nous recherchons toutes sortes de compétences mais surtout des soldats!"

À suivre aussi

radicalisation L'Etat interdit un livre d'apprentissage de l'islam wahhabite aux enfants
Justice 3 hommes, dont 2 détenus, mis en examen pour un projet d'attentat
Terrorisme Après les attentats de Pâques, le Sri Lanka interdit le niqab

Ailleurs sur le web

Derniers articles