Jeune éborgné par un flash-ball : le policier relaxé

Le tribunal correctionnel de Nantes a relaxé mardi un policier accusé d'avoir éborgné un lycéen de 16 ans avec un gomme-cogne lors d'une manifestation en 2007 à Nantes.[AFP/Archives]

Le tribunal correctionnel de Nantes a relaxé mardi un policier accusé d'avoir éborgné un lycéen de 16 ans avec un gomme-cogne lors d'une manifestation en 2007 à Nantes.

Le tribunal a reconnu que le prévenu avait bien effectué le tir incriminé, mais a estimé que sa responsabilité pénale ne pouvait être engagée dans la mesure où il avait exécuté un ordre qui n'était pas manifestement illégal.

Cette décision est conforme aux réquisitions du parquet. Le policier encourait sept ans de prison. Son avocat, Me Laurent-Franck Lienard, a salué "une décision juste et conforme au droit". "Mon client avait respecté un ordre légal et légitime", a-t-il souligné.

La victime, Pierre Douillard, a pour sa part indiqué qu'il entendait engager une procédure devant la justice administrative. "On ne lâchera jamais contre ce policier et sa hiérarchie", laquelle n'avait d'ailleurs pas été citée à comparaître au procès, a-t-il déclaré.

Lors de l'audience, le 7 mars, le substitut du procureur Yann Richard avait lui-même suggéré que les faits, dont il avait souligné la "gravité", relevaient de la justice administrative.

Le drame s'était produit le 27 novembre 2007, devant le rectorat de Nantes, lors d'une manifestation de lycéens opposés à la loi Pécresse sur l'autonomie des universités.

M. Douillard a perdu l'usage d'un oeil à cause d'une balle de gomme-cogne LBD40, alors que les forces de l'ordre étaient séparées des manifestants par les grilles du rectorat.

Vous aimerez aussi

faits-divers Finistère : des tags sur une gendarmerie appellent au suicide des forces de l'ordre
Faits divers Liban : un policier français suspecté d’avoir volé un sac à main
Faits divers Paris : un meurtrier recherché a été arrêté par les policiers du XIIe arrondissement

Ailleurs sur le web

Derniers articles