Tour Eiffel : le ras-le-bol des salariés

Les élus du Comité d'entreprise (CE) de la Tour Eiffel, représentant les quelque 300 salariés du monument le plus emblématique de la capitale, ont mis en cause mercredi la gestion du site, pointant une série de difficultés s'ajoutant à l'arrêt de deux des trois ascenseurs[AFP]

Les élus du Comité d'entreprise (CE) de la Tour Eiffel, représentant les quelque 300 salariés du monument le plus emblématique de la capitale, ont mis en cause mercredi la gestion du site, pointant une série de difficultés s'ajoutant à l'arrêt de deux des trois ascenseurs.

Depuis deux mois, la Tour ne dispose plus que d'un seul ascenseur pour permettre aux visiteurs d'accéder aux étages, ceux des piliers Ouest et plus récemment Nord ayant été mis à l'arrêt.

Pour le Comité d'entreprise (CE), qui réunit des élus CGT, FO et CFE-CGC, ce point "révèle un problème plus vaste de gestion du monument". Dans un communiqué, les élus dénoncent notamment la politique de prévente des billets sur internet qui allonge les files d'attente et évoquent des conditions de travail "dégradées".

"L'ascenseur Nord, c'est vraiment l'arbre qui cache la forêt", explique en d'autres termes Diane Davoine, élue CGT au Comité d'entreprise, qui signale que les quelque 300 salariés du site "commencent à être très fatigués.

Le CE relève notamment que la direction n'a pas pris en compte ses "alertes répétées" sur "l'urgente nécessité de maintenance de l'ascenseur Nord, et ce dès le début 2010", ce qui a eu pour conséquence "l'arrêt brutal" de l'appareil pour une durée indéterminée.

Pour le CE, "cette situation met en péril les capacités d'exploitation du monument qui restent donc compromises pour les mois à venir".

Ils dénoncent en outre un système de vente de billets en ligne "ne prenant pas en compte ces fortes contraintes d'exploitation et ne considérant que l'aspect commercial".

Ils indiquent que le nombre de billets vendus "est fixé sur la base d'une exploitation au plus fort des capacités de la Tour (2 ascenseurs et 1 escalier), entraînant automatiquement des sur-réservations au moindre incident, et donc des temps d'attente rallongés".

Selon eux, les "conditions de travail et les conditions d'accueil des visiteurs s'en trouvent dégradées".

En 2011, 7,1 millions de visiteurs ont accédé à la Tour Eiffel, l'un des monuments payants les plus visités au monde.

À suivre aussi

Transports Grève générale : TGV, RER, métro, bus, avion... Les prévisions de trafic
Social Pénurie d'essence : quelles sont les stations-services qui distribuent encore du carburant ?
Social Quand sera versée la prime de Noël ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles