Violences conjugales : 5 mois de sursis requis contre Makelele

Claude Makelele, ancien joueur du PSG et membre de l'équipe de France de football. [MIGUEL MEDINA / AFP]

Cinq mois de prison avec sursis ont été requis jeudi à l'encontre de l'ancien international de football Claude Makelele, accusé de "violences" en octobre 2010 par une ex-petite amie britannique Thandi Ojeer.

L'avocat du footballeur, Me Arnaud Péricard, a évoqué "un cas de légitime défense", lors de l'audience où l'actuel entraîneur-adjoint du Paris-SG, âgé de 39 ans, n'était pas présent, invoquant un "impératif professionnel" dans une lettre à la cour.

Le tribunal correctionnel de Versailles rendra son jugement le 13 septembre.

La procureur Béatrice Bruchère a évoqué une "affaire classique dans un monde peu classique" et demandé au tribunal d'assortir la peine de M. Makelele d'une mise à l'épreuve et de l'obligation d'indemniser la jeune femme.

A l'audience, Mme Ojeer a raconté s'être présentée au domicile du finaliste du Mondial-2006, quatre mois après leur rupture, afin de récupérer, après de nombreux appels, des effets personnels d'une valeur de "30.000 euros".

"Claude a ouvert la porte et je lui ai dit que je voulais juste récupérer mes vêtements", a déclaré l'élégante jeune femme. "Il m'a poussé en arrière, je me suis accroché à lui pour ne pas tomber. Il m'a frappée au visage, j'étais sonnée".

L'avocat de l'ex-footballeur, Me Arnaud Péricard a plaidé: "Cette femme entre dans la maison sans y être invitée, donc M. Makelele se défend et c'est lui qui appelle la police pour empêcher Mme Ojeer d'entrer". "C'est très clairement un cas de légitime défense", a-t-il jugé.

Claude Makelele avait de son côté également porté plainte pour intrusion à son domicile et agression. Selon l'avocat de la jeune femme, Me Stanislas Panon, cette plainte n'a "pas eu de suite".

Vous aimerez aussi

Près de 1,7 million d'euros restent toujours introuvables, selon une source proche de l'enquête.
Justice Fourgon volé : le convoyeur de fonds présenté à un juge en vue d'une mise en examen
Un Syrien de 30 ans a été placé en détention provisoire, suite aux réquisitions du parquet de Paris.
Justice Paris : un Syrien mis en examen pour crime contre l'humanité et écroué
Martha Hernandez (à gauche) et Ana Suda à Havre, dans le Montana (Etats-Unis), le 23 janvier 2019  [HO / ACLU of Montana/AFP/Archives]
Justice Etats-Unis : deux femmes arrêtées pour avoir parlé espagnol poursuivent la police des frontières

Ailleurs sur le web

Derniers articles