Papeterie Stracel : reprise du travail à Strasbourg

Une photo prise le 3 juillet 2012 montre la papeterie Stracel à Strasbourg[AFP/Archives]

Les salariés de la papeterie Stracel à Strasbourg ont repris vendredi le travail après trois jours de grève à la suite de l'annonce de négociations exclusives de son propriétaire, le finlandais UPM-Kymmene, avec deux repreneurs potentiels, ont annoncé les syndicats.

Les salariés ont accepté "à contrecoeur et le dos au mur" la reprise du travail, a indiqué Force Ouvrière (majoritaire) dans un communiqué, après avoir approuvé la proposition d'une prime de 500 euros par mois jusqu'à la fin de l'année, ainsi qu'une prime "de redémarrage" de 500 euros.

Le délégué CGT Patrick Bertin a toutefois dénoncé les "pressions" de la direction du site, qui menaçait selon lui de mettre l'entreprise en lock-out dès le début de semaine prochaine si les négociations échouaient.

Les organisations syndicales ont également obtenu qu'UPM assure la gestion sociale et entière du Plan de sauvegarde de l'emploi qui sera engagé en septembre. Le groupe finlandais a également garanti "l'accès prioritaire aux +ex-Straceliens+ à tous les postes proposés par l'investisseur et assurera 100% des reclassements ailleurs pour les autres", selon FO.

Les salariés bloquaient l'usine depuis mardi, après l'annonce de "négociations exclusives" entre UPM et la société belge VPK Packaging Group NV associée au groupe familial allemand Klingele Papierwerke, en vue de la cession d'actifs et d'une partie des terrains de la papeterie.

Ces repreneurs pourraient investir plus de 100 millions d'euros sur le site et reprendre la moitié environ des 250 salariés.

UPM avait annoncé durant l'été 2011 la mise en vente de son site strasbourgeois, qui fabrique du papier magazine, dans un contexte de surproduction dans ce secteur.

Vous aimerez aussi

Bon à savoir Quelle est l'origine de l'expression «c'est coton» ?
Tourisme industriel : la nouvelle tendance des vacances
Économie Tourisme industriel : la nouvelle tendance des vacances
L'industrie manufacturière dynamise l'économie indienne.
Économie La France perd sa place de sixième économie mondiale au profit de l'Inde

Ailleurs sur le web

Derniers articles