Mort de l'octogénaire blessé à Montpellier lors d'un vol de collier

Un couple de personnes âgées dans la rue[AFP/Archives]

L'octogénaire, grièvement blessé et victime d'un arrêt cardiaque mercredi, est décédé.

Cet homme avait fait cet arrêt cardiaque alors qu'il tentait d'empêcher le vol à l'arraché du collier de sa femme.

Il est mort dans la nuit de vendredi à samedi au CHRU de Montpellier, a-t-on appris samedi de sources policière et judiciaire.

Le procureur de la République à Montpellier Brice Robin a annoncé à l'AFP qu'une information judiciaire contre X "pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" allait être ouverte.

L'homme de 83 ans était hospitalisé depuis mercredi au CHRU de Montpellier, dans un état très grave.

L'octogénaire attendait mercredi après-midi un taxi, assis sur un banc avec sa femme devant une clinique d'une cité de l'ouest de Montpellier, quand deux jeunes, décrits comme mineurs par des témoins, sont arrivés en scooter.

Le passager s'est alors jeté sur la femme pour lui arracher son sac à main auquel elle s'est accrochée, avant de se rabattre sur le collier en or, selon une source judiciaire.

Voulant protéger sa femme, l’homme de 83 ans a été agressé par le conducteur du scooter. Il a chuté et sa tête a heurté brutalement le sol, lui occasionnant un arrêt cardiaque, un traumatisme crânien ainsi qu'un traumatisme cervical grave, selon la même source.

Ranimé par les secours, l'octogénaire était maintenu en vie grâce à un appareil respiratoire.

Il souffrait d'une fracture de la première vertèbre cervicale entraînant une tétraplégie permanente.

Vous aimerez aussi

Faits divers 7 points de suture après une agression homophobe en plein Paris
Enquêteurs après l'agression à l'arme blanche qui a fait sept blessés, dont quatre grièvement, le 9 septembre 2018 à Paris [Zakaria ABDELKAFI / AFP/Archives]
Justice Agressions au couteau à Paris : le suspect mis en examen et placé en détention provisoire
Prison Salah Abdeslam à un surveillant pénitentiaire : «vous êtes des chiens, un jour vous allez m'embrasser les pieds»

Ailleurs sur le web

Derniers articles