Hollande confiant dans la réussite de la conférence sociale

Le président François Hollande le 26 juin 2012 à Paris[AFP/Archives]

Le président François Hollande a déclaré dimanche croire en la "réussite" de la conférence sociale lundi et mardi entre gouvernement, patronat et syndicats, le premier test de la méthode de gouvernance du nouvel exécutif, fondée sur la concertation.

"Les partenaires (sociaux, ndlr) ont conscience de la période que nous vivons et donc veulent construire la réussite que je leur propose", a assuré le chef de l'Etat devant des journalistes à Reims, où il venait de célébrer les 50 ans de la réconciliation franco-allemande avec la chancelière Angela Merkel.

Réussir, a-t-il poursuivi, "ça supposera que nous fassions des choix qui devront être justes, efficaces et permettant de trouver le bon équilibre entre efficacité, compétitivité et la solidarité et la justice sociale".

Selon lui, "ce n'est pas là (à cette conférence sociale) que vont être réglés tous les problèmes de la France mais c'est là que vont s'engager des discussions qui tout au long des prochains mois vont déboucher sur soit des textes de loi, soit des compromis entre partenaires sociaux, soit des concertations".

"C'est une méthode qu'a voulue le Premier ministre et je crois qu'elle est bonne. Ca rassemblera des partenaires, des acteurs sociaux, économiques qui veulent redresser notre pays. On sait que sera difficile", a-t-il encore dit.

Le coup d'envoi de la conférence sera donné lundi à 11H15 par le président Hollande qui, dans son discours, devrait préciser les urgences à la fois économiques - réduction des déficits et de la dette sur fond de croissance quasi nulle - et sociales, au premier plan desquelles la lutte contre le chômage et singulièrement celui des jeunes.

A lire également : 

Pécresse craint que l'emploi soit la "victime" de la conférence sociale

À suivre aussi

Marc Fesneau : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
Retraites Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
«Je veux bien tous les jours me faire appeler président des riches, je ne le suis pas et je ne suis pas le défenseur de qui que ce soit», a déclaré Emmanuel Macron.
Gouvernement Emmanuel Macron réaffirme qu'il n'est «pas le président des riches»
Emmanuel Macron en visite à Dunkerque le 20 janvier 2020. [Denis Charlet / POOL/AFP]
Politique Moisson d'investissements pour Emmanuel Macron et le gouvernement, qui accueillent 200 patrons du monde entier

Ailleurs sur le web

Derniers articles