Les cadres pour un plafonnement du salaire des dirigeants

Des bureaux[AFP/Archives]

Près de 40% des cadres prévoient de quitter leur entreprise cette année et à une très large majorité ils sont pour un "plafonnement" du salaire des dirigeants, selon un baromètre Ifop pour le Journal du Dimanche.

80% des cadres interrogés adhèrent à l'idée d'une limitation du salaire des dirigeants, 39% y sont même "tout à fait favorables".

En moyenne, ils estiment à 407.816 euros le montant maximal de la rémunération brute devant être fixée à un dirigeant.

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a décidé de plafonner à 450.000 euros annuels les rémunérations des dirigeants d'entreprises publiques.

Par ailleurs, une minorité de cadres, 42%, a été augmentée cette année (+3 points par rapport à 2011), de 3,1% en moyenne.

La tranche de salaire la plus élevée a été mieux servie (51% des personnes gagnant plus de 60.000 euros ont été augmentés) tandis que 65% des cadres n'ayant pas bénéficié de hausse de salaires gagnent moins de 35.000 euros sur l'année.

Par ailleurs, plus d'un cadre sur deux (52%) se dit ouvert aux opportunités ou en recherche d'un nouvel emploi, malgré une ancienneté de 11,4 années dans la même entreprise en moyenne. Parmi eux, plus d'un tiers (32%) a réalisé une démarche concrète au cours des six derniers mois, avec en moyenne onze candidatures posées et trois entretiens passés.

Enfin, 38% des cadres interrogés envisagent un changement d'entreprise, 32% un changement de métier et 31% un changement de secteur d'activité.

Sondage réalisé en ligne du 12 au 19 juin, selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population cadre sous contrat de droit privé.

Vous aimerez aussi

Le bien-être au travail va-t-il s’imposer dans les entreprises ?
Social Le bien-être au travail va-t-il s’imposer dans les entreprises ?
Val-de-Marne : une association pour aider les sans-abri
Social Une association vient en aide aux sans-abri dans le Val-de-Marne
Près de 140 migrants ont été mis à l'abri ce jeudi 31 janvier.
Social Paris : énième mise à l'abri de migrants dans la capitale sur fond de critiques des associations

Ailleurs sur le web

Derniers articles