Valls dénonce l'"antisémitisme nouveau" des banlieues

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls le 26 juin 2012 à la préfecture de police de Paris[AFP/Archives]

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est inquiété dimanche sur Radio J d'un "antisémitisme nouveau" depuis plusieurs années, "né dans nos quartiers, dans nos banlieues".

"Il y a un antisémitisme qui est né dans nos quartiers, dans nos banlieues", a dit Manuel Valls.

"Il y a dans nos quartiers des jeunes ou des moins jeunes qui, au nom d'une identité qui se sentirait attaquée, décident de la manière la plus imbécile, la plus dangereuse pour nos valeurs, de s'attaquer aux juifs. Ils considèrent le juif comme l'ennemi", a ajouté le ministre.

A la question de savoir si le constat selon lequel cet antisémitisme serait le fait notamment de jeunes se revendiquant de l'islam, Manuel Valls a répondu: "Je le crains".

Mais il a aussi appelé à "être prudent dans les termes": Il ne s'agit pas de stigmatiser d'autres Français", de jeter "l'opprobre (sur) nos concitoyens notamment de confession musulmane".

Manuel Valls affirme "que depuis plusieurs années", "on a un antisémitisme nouveau de la part notamment de jeunes", avec "une parole qui se libère". Cet antisémitisme ne serait plus lié "à des événements qui se dérouleraient ailleurs dans le monde, à travers le conflit israélo-palestinien".

"On n'hésite plus aujourd'hui à insulter, à frapper un citoyen parce qu'il est juif au nom même de son appartenance", a-t-il dit.

Manuel Valls a recommandé la prudence pour imputer à un "effet Merah" ce qu'il a décrit comme "une recrudescence d'actes antisémites intolérables". "Mais sans doute malheureusement, chez les esprits faibles et qui revendiquent cette haine, ce qui s'est passé a pu peut-être libérer une parole", a-t-il ajouté.

Lire aussi : 

Agression dans le train d'un élève de l'école Ozar Hatorah : les dernières infos

À suivre aussi

«Je veux bien tous les jours me faire appeler président des riches, je ne le suis pas et je ne suis pas le défenseur de qui que ce soit», a déclaré Emmanuel Macron.
Gouvernement Emmanuel Macron réaffirme qu'il n'est «pas le président des riches»
Emmanuel Macron en visite à Dunkerque le 20 janvier 2020. [Denis Charlet / POOL/AFP]
Politique Moisson d'investissements pour Emmanuel Macron et le gouvernement, qui accueillent 200 patrons du monde entier
Photo d'illustration de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, prise en juin 2019.
Ile-de-France Roissy-Charles-de-Gaulle : 60 maires demandent à l'Etat de «stopper l'agrandissement de l'aéroport»

Ailleurs sur le web

Derniers articles