Vers des réorganisations de sous-préfectures

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls le 18 juin 2012 à Collobrières[AFP/Archives]

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a affirmé lundi à Chartres vouloir "que la performance de l'Etat soit la plus optimum possible" et il n'a pas exclu des réorganisations ou des fermetures de sous-préfectures.

"Il ne faut jamais exclure des réformes", a expliqué M. Valls, interrogé lors d'un point-presse sur l'éventualité de fermetures de certaines sous-préfectures à l'avenir. "Dans mon ministère, la police et la gendarmerie sont des priorités dans la création d'emplois. Cela veut dire qu'il faut faire des efforts, en prenant le temps de la concertation et du dialogue. Je ne l'exclus pas et cela peut passer parfois par des fermetures d'équipements, mais cela doit se faire avec intelligence, écoute et discernement".

"Notre pays a besoin d'un Etat fort qui protège au plan national bien évidemment mais aussi au plan local", a ajouté le ministre qui visitait la préfecture d'Eure-et-Loir, où Jean Moulin fut préfet.

"Il faut s'appuyer sur le réseau des préfectures et des sous-préfectures. Je sais qu'il y a des inquiétudes. Nous devons faire en sorte que la performance de l'Etat soit la plus optimum possible. Il faut qu'il y ait des économies parce que nous sommes dans une situation difficile sur le plan budgétaire".

M. Valls a toutefois souligné qu'il n'avait "pas d'annonces de fermetures ici à faire, d'abord parce que je veux regarder cela de manière plus précise, et parce que je veux faire attention à la cohésion territoriale et sociale".

"C'est l'Etat qui la détermine avec les collectivités locales. Ce message de cohésion notamment dans les territoires ruraux, dans les secteurs qui peuvent parfois se sentir abandonnés par l'Etat, nécessite une présence de l'Etat", a toutefois précisé le ministre.

À suivre aussi

Marc Fesneau : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
Retraites Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
«Je veux bien tous les jours me faire appeler président des riches, je ne le suis pas et je ne suis pas le défenseur de qui que ce soit», a déclaré Emmanuel Macron.
Gouvernement Emmanuel Macron réaffirme qu'il n'est «pas le président des riches»
Emmanuel Macron en visite à Dunkerque le 20 janvier 2020. [Denis Charlet / POOL/AFP]
Politique Moisson d'investissements pour Emmanuel Macron et le gouvernement, qui accueillent 200 patrons du monde entier

Ailleurs sur le web

Derniers articles